Très belle latimiyyah arabo-persane (audio-vidéo) : "Anâ madhloum Hussain" (Je suis Hussain, l'opprimé) :  http://www.shiavoice.com/play-0sjtf.html

 

« L’Imam al-Hussain (p) et le Jour de ‘Âchourâ’ »  (Livre du mois)

al-Rafiq qabl-al-tariq (L’ami avant le chemin) Une excellente réflexion sur le martyre de l’Imam al-Hussain, par Ikram BenAissa

 ►Pleurer le martyre de l’Imam al-Hussain (p) : Une envolée lyrique  par Bushra Belg.

 ► Images du martyre d’al-Hussain (p) (in English)

   Tracé de l’itinéraire (de la Mecque à Karbalâ’) parcouru par l’Imam al-Hussain lors de son voyage vers le Martyre

Les noms des martyrs de Karbalâ’

 

Editorial :
LE PROPHÈTE (P), LE PREMIER A AVOIR PLEURÉ (par anticipation) DU MARTYRE D'AL-HUSSAYN (1)

Les actes de piété et les commémorations du mois de Moharram :

Le Mois de Moharram, un mois de deuil 4

1- La veille du 1e Moharram : 4

2- Le jour du 1e Moharram 4

3- Le 3 moharram 5

4-La nuit de la veille du 10 Moharram 5

5-La journée du 10 Moharram: 6

Du'â' Wârith 7  (avec enregistrement audio)

Ziyârat ‘Âchourâ’  (Avec enregistrement audio)

    1- Traduction 7

2-Traslittération 10

Ziyârat Achourâ en .ppt (Anglais)

Al-Hussayn, à travers de brefs témoignages du Prophète et de quelques grandes figures du monde musulman 13

    1- Al-Hussayn: un être purifié, donc Infaillible 13

    2- Le Prophète, al-Hussayn et le Jour de la Résurrection 13

    3- Le Maître de la Jeunesse du Paradis 13

    4- Le Prophète, le premier à pleurer du Martyre d'al-Hussayn 14

    5- Les larmes d'al-Hussayn fendaient le coeur du Prophète 14

    6- Le Prophète et al-Hussayn: Deux Êtres d'une même Essence 14

    7- Soutenir al-Hussayn est un devoir 15

    8- Al-Hussayn: critère de la fidélité au Prophète 15

    9- Mon Dieu: aime al-Hussayn 15

    10- Aimer al-Hussayn, c'est aimer le Prophète 15

    11- Al-Hussayn et les occupants du Ciel 16

    12- Un Symbole Universel 16

    13- Un Courage Inégalable 16

    14- Un Martyr sans égal 16

    15- Une Fierté sans égale 17

    16- Le Bon Droit Evident 17

    17- Personne ne peut rester indifférent à l'assassinat d'al-Hussayn 17

    18- Un Soulèvement irréprochable 17

    19- Yazid: Commanditaire de l'assassinat d'al-Hussayn 18

    20- Mu'âwiyah, père de Yazid: Tel père, tel fils 18

    21- Le Crime et le Châtiment 18

L'Imam al-Hussayn par lui-même 19

********************************              *********************************

Editorial

LE PROPHÈTE (P), LE PREMIER A AVOIR PLEURÉ (par anticipation) DU MARTYRE D'AL-HUSSAYN

L'imam Ahmad ibn Hanbal rapporte ce témoignage incontesté et incontestable de l'Imâm 'Alî: «Un jour, entrant chez le Prophète, et voyant ses yeux déborder de larmes, je lui ai demandé:

- Ô Messager de Dieu, qu'est-ce qui t'a fait pleurer?

- L'Archange Gabriel vient de me quitter. M'ayant informé qu'al-Hussayn sera tué près de l'Euphrate. Je lui ai demandé si je pouvais sentir la terre sur laquelle son sang sera versé. Il m'a offert alors une poignée de terre, et je n'ai pu empêcher mes yeux de déborder de larmes», répondit le prophète.(1)

L'Imâm al-Hussayn tombera en martyr, effectivement, quelques décennies plus tard, sur la terre prédestinée et indiquée par le Prophète, après avoir subi, ainsi que quelques dizaines de ses proches et de ses compagnons vaillants, un calvaire poignant auquel les ont soumis des «musulmans» déviés ou plutôt des «musulmans» de nom.

Depuis cette date - l'an 61 de l'hégire - les masses musulmanes, se rappelant ce geste pathétique et significatif du Prophète, n'ont cessé de pleurer ce martyre douloureux du petit-fils du Prophète (P), et de commémorer, chaque année dans le deuil, l'anniversaire de « 'Âchourâ' », le 10 Muharram.

Certes, on sait que la Charia et la morale islamique découragent toute manifestation de tristesse et d'affliction devant la mort, et la considèrent parfois, sinon comme interdite du moins comme détestable. Mais le cas d'al-Hussayn en fait exception à la règle, car outre le geste précité du Prophète, l'Imâm al-Sâdiq nous rappelle explicitement et d'une façon on ne peut plus claire et la règle et l'exception concernant la manifestation du sentiment de douleur devant la mort:

«Il est détestable, dit-il, que le serviteur pleure ou manifeste des signes d'affliction devant tout ce qui suscite l'affliction, sauf lorsqu'il s'agit du cas de l'Imâm al-Hussayn ibn 'Alî pour le martyre duquel le pleur et les signes de douleur sont récompensés (par Dieu)».

Donc loin d'être interdite, la manifestation de signes de douleur à l'occasion de l'anniversaire du martyre d'al-Hussayn, est exceptionnellement vivement recommandée comme un acte de piété et presque comme une obligation si l'on se réfère aux Imâms d'Ahl-ul-Bayt qui ont succédé à l'Imâm al-Hussayn, et qui ont beaucoup insisté sur la nécessité pour les Musulmans de montrer leur douleur lors de la commémoration du martyre du petit-fils du Prophète (P).

Pour éviter de tomber dans l'erreur et croire que pleurer le martyre d'al-Hussayn, c'est contredire la règle générale en Islam, selon laquelle non seulement il est détestable qu'on pleure ses morts, mais le martyre commande plutôt les félicitations  que les condoléances, puisqu'il est récompensé par la félicité éternelle, il faut souligner le caractère exceptionnel du cas d'al-Hussayn. Ibn Tâwâs, l'un des principaux biographes de ce martyr nous le rappelle clairement: «S'il ne s'agissait pas de respecter la prescription de la Sunna, laquelle nous commande de revêtir l'habit de deuil et de douleur pour remettre perpétuellement en mémoire les sommités de la guidance qu'on a tenté d'effacer et les piliers de la déviation qu'on a installés... nous porterions à l'occasion de ce bienfait grandiose (le martyre d'al-Hussayn) les habits de la joie et de la bonne nouvelle. C'est seulement parce que l'affliction, à cette occasion, est en vue de satisfaire le Seigneur des serviteurs que nous portons les vêtements de deuil et que nous nous réjouissons de verser des larmes».

Cette mise au point nette sur le caractère exceptionnel de la manifestation de deuil pour l'anniversaire du martyre de l'Imâm al-Hussayn, ne laisse de place à aucune interprétation erronée ou tendancieuse de cet acte de piété.

La raison de la légalité et de la légitimité de la manifestation du sentiment de douleur à l'égard du martyre d'al-Hussayn, et l'interdiction d'une telle manifestation dans certaines autres circonstances est que dans le premier, contrairement au second le pleur et l'affliction ne sont pas une affaire personnelle et ne traduisent pas un sentiment de regret de ce qui est arrivé à un proche, mais expriment notre affliction relative à une cause religieuse générale: le refus de la déviation du Message, incarné tragiquement par le martyre d'al-Hussayn, par le calvaire qu'il a subi, par les sacrifices inégalés qu'il a consentis et par la Révolution symbolique qu'il a déclenchée.

Dans un tel cas le sentiment d'affliction ne dénote pas un comportement passionnel ni un problème personnel, mais une attitude de principe par laquelle le croyant exprime son adhésion réelle, à cette cause, son attachement profond au Message et son refus renouvelé de toute velléité de dévier de la ligne du Prophète (P)
 

*************************************

 

Le Mois de Moharram, un mois de deuil

Le mois de Moharram est une période de deuil pour les Ahl-ul-Bayt (la Famille du Prophète) et leurs adeptes. L'Imam al-Redhâ (p) dit à ce propos :"Mon père (l'Imam Moussâ-l-Kadhim-p) cessait de rire dès le premier jour de ce mois. La tristesse se dessinait sur son visage jusqu'à ce que le 10e jour de Moharram s'écoule. Le sentiment de deuil, de douleur et d'affliction culminait ce dernier jour (le 10 Moharram) qui marque l'anniversaire de l'assassinat de l'Imam al-Hussain.

La tradition recommande d'accomplir un certain nombre d'actes de piété pendant ce mois particulier, pour partager le deuil du Messager d'Allah (P) et des membres de sa Famille bénie :

1- La veille du 1er Moharram :

a- 100 rak'ah de prière: Réciter dans chaque rak'ah la Sourate al-Hamd (la Fâtihah) et la sourate al-Ikhlâç (qul howa...)

b- Une prière de deux rak'ah: Réciter dans la 1ère rak'ah, la sourate al-Hamd et la sourate al-An'âm (les Troupeaux, chapt. 6), et dans la seconde la sourate Yâ-Sîne (chapt. 36)

c- Une prière de deux rak'ah: réciter dans chaque rak'ah la sourate al-Hamd et 11 fois "qul howa-Allâho Ahad".

Selon la Tradition, le Prophète (P) dit: "Quiconque accomplit cette Prière la veille du 1er Moharram et jeûne le lendemain, qui est le premier jour de l'année, aura accomplit le bien tout au long de l'année. Et s'il venait à mourir entre-temps (avant la fin de l'année), il ira au Paradis

2- Le jour du 1e Moharram

a- Jeûner ce jour: selon l'Imam al-Redhâ :"Quiconque jeûne pendant ce jour, Allah exaucera son Do'â' (prière de demande), comme Il a exaucé le do'â' du Prophète Zakariyyâ (Zacharie)

- Accomplir, comme le faisait le Prophète (P) ce jour, deux rak'ah de prière recommandée.

3- Le 3 moharram: c'est le jour où le Prophète Yousof (Josef) fut délivré de la prison. Quiconque fait le jeûne ce jour, Allah aplanira ses difficultés et le délivrera de ses afflictions.
 
 

4-La nuit de la veille du 10 Moharram(2): Quiconque veille cette nuit en accomplissant les actes d'adoration appropriés, aura la récompense spirituelle décernée pour l'adoration de tous les Anges, ou de 70 ans d'adoration. De nombreux actes de piété sont recommandés pendant cette nuit, dont notamment:

--100 rak'ah de prière : réciter dans chacune d'elles la sourate al-Hamd, et trois fois la sourate al-Ikhlâç. A la fin de la prière, dire 70 fois :

"Subhân-Allâhi, wa-l-hamdu il-l-lâhi wa lâ ilâha illâ-llâhu wallâhu akbar, wa lâ hawla wa lâ qûwwata illâ bi-llah-il-'Aliyy-il-'Adhîm"

(Gloire à Allah et louanges à Allah, il n'y a de Dieu qu'Allah, Allah est le plus Grand, et il n'y de force ni de puissance en dehors d'Allah, le Très-Haut et l'Inaccessible".

-- Quatre rak'ah de prière, à accomplir vers la fin de la nuit. Réciter, après la sourate al-Hamd, dans chaque rak'ah, dix fois le Ayat al-Kursî (verset de Kursî), la sourate al-Ikhlâç, la sourate al-Falaq et la sourate al-Nâs. Et à la fin de la prière,réciter 100 fois la sourate al-Ikhlâç

--Quatre rak'ah de prière, conforme à la Prière de l'Imam Ali (p). Réciter dans chaque rak'ah cinquante fois la sourate al-Hamd et la sourate al-Ikhlâç. A la fin de la prière, invoquer autant que possible Allah, prier sur le Prophète et sa Famille, et maudire leurs ennemis(3).

En outre, quiconque a la chance de pouvoir passer cette nuit à Karbalâ' (près du mausolée de la tombe de l'Imam al-Hussain-p), Allah le placera, le Jour de la Résurrection, parmi les compagnons martyrs de l'Imam al-Hussain.

5-La journée du 10 Moharram: C'est le jour de l'assassinat de l'Imam al-Hussain (p). C'est un jour tragique et de deuil pour les Imams d'Ahl-ul-Bayt, pour leurs adeptes, et pour tout Musulman attaché au Noble Prophète (P) et aux membres élus de sa sainte Famille et à leurs traditions.

On doit suspendre toute activité commerciale ou professionnelle pendant cette journée, et se consacrer aux cérémonies commémoratives(4), à l'évocation de la tragédie de Karbalâ' où furent assassinés abjectement et tombés en martyrs l'Imam al-Hussain et 72 de ses proches et compagnons, et à toutes sortes de manifestations de deuil et de douleur, comme si on venait de perdre un fils ou un proche parent chéri: porter des vêtements noirs ou arborer de signes de deuil, s'abstenir de rire.

Il est très recommandé d'invoquer la malédiction d'Allah sur les assassins de l'Imam al-Hussain ce jour-ci.

De même, il est très recommandé que les musulmans se présentent réciproquement des condoléances à cette occasion en se disant les uns aux autres:

"Qu'Allah augmente notre rétribution pour notre deuil de l'Imam al-Hussain (p), et qu'Il nous place, nous et vous, parmi ceux qui réclament la vengeance pour lui, sous l'égide de son descendant, l'Imam al-Mahdi (p)".

--Abstinence: il est recommandé de s'abstenir de boire et de manger jusqu'à la fin de l'après-midi, sans toutefois, former l'intention d'accomplir le jeûne. Rompre l'abstinence (vers la fin de l'après-midi) avec les aliments dont se contentent généralement les gens en deuil: lait, yaourt etc. S'abstenir de manger de repas exquis.

--Il vaut mieux s'abstenir de faire le jeûne le 9 et surtout le 10 moharram, comme nous le recommandent vivement les Imams d'Ahl-ul-Bayt (p), car les Omayyades accomplissaient le jeûne pendant ces deux jours, en bénédiction de l'assassinat de l'Imam al-Hussain, tout en attribuant faussement cette pratique, à une tradition du Noble Prophète. Dans le même esprit d'aberration, les omayyades, faisaient les provisions de l'année et emmagasinaient la nourriture le 10 moharram, ce qui est en réalité très détestable. En effet selon l'Imam al-Redhâ (p), "Quiconque abandonne la recherche de la satisfaction de ses besoins, le Jour de 'Achoura' (le 10 moharram), Allah, satisfera ses besoins dans la vie d'ici-bas et dans l'Au-delà, et quiconque le vit comme un jour de deuil, d'affliction et de pleurs, Allah fera pour lui le Jour de la résurrection un jour de joie et de contentement", mais "celui qui appelle ce jour, un jour de bénédiction, et y fait par conséquent des provisions pour ses besoins de l'année, Allah dépouillera ses provisions de toute bénédiction, et le placera le Jour du Jugement avec Yazîd, 'Obaidullâh Ibn Ziyâd et 'Omar Ibn Sa'd (les assassins du petit-fils du Prophète, l'Imam al-Hussain).

--Présenter de sincères condoléances, au Prophète (P), à l'Imam Ali (p), à Fâtimah al-Zahrâ' et à l'Imam al-Hassan (p), ainsi qu'à tous les Imams descendants de l'Imam al-Hussain (p), en faisant (en lisant) avec un coeur affligé la visite pieuse (ziyârah) suivante, appelée du'â' Wârith :

Du'â' Wârith

ZIYÂRAT WÂRITH 

ZIYÂRAT AL-IMAM AL-HUSSAYN (p)

(On formule l’Intention «Niyyah» comme suit : Je récite ziyârat  al-Imam Hussayn (AS) Qurbatan ilallâh[1] - Se diriger vers la direction du Mausolée de l’Imam Hussayn vers Karbalâ’ en Iraq ( si on l’effectue de loin).

Enregistrement audio

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Âdama, çifwat-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ آدَمَ صِفْوَةِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’Adam, l’Elu d’Allah !

Asslaâmu ‘alayka yâ wâritha Nûhin, Nabiyy-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ نُوح نَبِيِّ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Noé (Nûh), le Prophète d’Allah

 

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Ibrâhima, Khalîl-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ اِبْراهيمَ خَليلِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’Ibrâhîm (Abraham), l’Ami privilégié d’Allah !

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Mûsâ Kalîm-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ مُوسى كَليمِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Mousâ (Moïse), Interlocuteur d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha ‘Îsâ, Rûh-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ عيسى رُوحِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de ‘Isâ (Jésus), l’Esprit d’Allah !

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Muhammadin, Habîb-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ مُحَمَّد حَبيبِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Mohammad, le Bien-aimé d’Allah !

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha ‘Aliyy-in, Amîr-il-mu’minîna, Waliyy-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ عَلِيٍّ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَلِيِّ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de ‘Alî, le Commandeur des Croyants, le Waliy ( ami, serviteur pieux et dévoué) d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha -al-Hasan-ich-Chahîdi, Sibti Rasûl-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ الْحَسَنِ الشَّهيدِ سِبْطِ رَسُولِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’al-Hassan, le martyr, le petit-fils du Messager d’Allah!

Assalâmu ‘alayka ya-bna Rasûl-illâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ

Paix sur toi, o fils du Messager d’Allah!

Assalâmu ‘alayka ya-bn-al-Bachîr-in-Nathîr wa-bna Sayyid-il-waçiyyîn-a !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ الْبَشيرِ النَّذيرِ وَابْنَ سَيِّدِ الْوَصِيِّينَ

Paix sur toi, o fils de l’annonciateur des bonnes nouvelles, l’avertisseur, et fils du Maître des Héritiers présomptifs !

Assalâmu ‘alayka ya-bna Fâtimata Sayyidati nisâ’-il-‘âlamîn-a!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَابْنَ فاطِمَةَ سَيِّدَةِ نِسآءِ الْعالَمينَ

Paix sur toi, o fils de Fâtimah al-Zahrâ’, la Maîtresse des femmes des mondes !

Assalâmu ‘alayka yâ Abâ ‘Abdillâh-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِ اللهِ

Paix sur toi, o Abû Abdullâh al-Hussain !

Assalâmu ‘alayka yâ khiyarat-Allâh wa-bna Khiyaratihi !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا خِيَرَةَ اللهِ وَابْنَ خِيَرَتِهِ

Paix sur toi, O élu d’Allah et fils de Son élu[2] !

Assalâmu ‘alayka yâ Thâr-Allâhi wa-bna Thârih-i !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا ثارَ اللهِ وَابْنَ ثارِهِ

Paix sur toi, o Vengeance d’Allah et fils de Sa Vengeance !

Assalâmu ‘alayka ayyuh-al-witr-al-mawtûr-a !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الْوِتْرَ الْمَوْتُورَ

Paix sur toi, o vengeance et revendicateur de vengeance !

Assalâmu ‘alayka ayyuh-al-Imâm-ul-Hâdiyy-uz-zakiyyu wa ‘alâ arwâhin hallat bi-fanâ’ika wa aqâmat fî jiwârika wa wafadat ma‘a zuwwârika !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الاِْمامُ الْهادِيُّ الزَّكِيُّ وَعَلى اَرْواحٍ حَلَّتْ بِفِنآئِكَ وَاَقامَتْ في جِوارِكَ وَوَفَدَتْ مَعَ زُوّارِكَ

Paix sur toi, o Imam guidant et pur, ainsi que sur les âmes qui se sont rendues dans ton enclos, qui reposent dans ton voisinage, et qui sont venues avec tes visiteurs (en pèlerins)!

Assalâmu ‘alayka minnî mâ baqaytu wa baqiy-al-laylu wa-n-nahâr-u,

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ مِنِّي ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Paix sur toi, de ma part, tant que je vivrais et tant que demeureront la nuit et le jour,

falaqad ‘adhumat bik-ar-raziyyatu wa jalla-l-muçâbu fî-l-mu’minîna wa-l-muslimîna wa fî ahl-is-samâwati ajma‘îna wa fî sukkân-il-ardhîna, fa-innâ lillâhi wa innâ ilayhi râji‘ûn-a,

فَلَقَدْ عَظُمَتِ بِكَ الرَّزِيَّةُ وَجَلَّ الْمُصابُ فِى الْمُؤْمِنينَ وَالْمُسْلِمينَ وَفي اَهْلِ السَّمواتِ اَجْمَعينَ وَفي سُكّـانِ الاَْرَضينَ فَاِنّا للهِ وَاِنّا اِلَيْهِ راجِعُونَ

car ta perte est un grand malheur et un préjudice grave pour les Croyants, les Musulmans, et pour tous les habitants du Ciel et de la terre. Ainsi, nous sommes à Dieu et à Lui nous retournerons!

wa Çalawât-ullâhi wa Barakâtuhu wa Tahiyyâtuhu ‘alayka wa ‘alâ âbâ’ik-at-tâhirîn-at-tayyibîn-al-muntajabîna wa ‘alâ tharârîhim-ul-hudât-il-mahdiyyîn-a!

وَصَلَواتُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ وَتَحِيّاتُهُ عَلَيْكَ وَعَلى آبآئِكَ الطّاهِرينَ الطَّيِّبينَ الْمُنْتَجَبَينَ وَعَلى ذَراريهِمُ الْهُداةِ الْمَهْدِيّينَ

Et que la Prière d’Allah, Ses Bénédictions et Ses Salutations soient sur toi, sur tes parents purs, bons et nobles, et sur leurs descendants bons-guides et bien-guidés !

As-salâmu ‘alayka yâ mawlâya wa ‘alayhim wa ‘alâ rûhika wa ‘alâ arwâhihim wa ‘alâ turbatika wa ‘alâ turbatihim. Allâhumma laqqihim rahmatan wa ridhwânan wa rûhan wa rayhânan

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ وَعَلَيْهِمْ وَعَلى رُوحِكَ وَعَلى اَرْواحِهِمْ وَعَلى تُرْبَتِكَ وَعَلى تُرْبَتِهِمْ اَللّـهُمَّ لَقِّهِمْ رَحْمَةً وَرِضْواناً وَرَوْحاً وَرَيْحاناً

Que la paix soit sur toi, o mon Maître, et sur eux, sur ton âme et sur leurs âmes, sur ta terre et sur la leur! O mon Dieu! Fais-leur rencontrer Ta Miséricorde, Ta Satisfaction, le repos et la grâce!

Assalamu ‘alayka yâ Mawlâya yâ Abâ ‘Abdillâh-i ya-bna Khâtam-in-Nabiyyîna wa ya-bna Sayyid-il-waçiyyîna wa ya-bna Sayyidati nisâ’-il-‘âlamîn-a !

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ يا اَبا عَبْدِاللهِ يَا بْنَ خاتَمِ النَّبِيّينَ وَيَا بْنَ سَيِّدِ الْوَصِيّينَ وَيَا بْنَ سَيِّدَةَ نِسآءِ الْعالَمينَ

Paix sur toi, o mon Maître Abû Abdullah (al-Hussain), o fils du Sceau des Prophètes, o fils du Maître des Héritiers-présomptifs, o fils de la Maîtresse des femmes des mondes !

Assalâmu ‘alayka yâ chahîdu ya-bna-ch-chahîdi yâ akha-ch-chahîd yâ abâ-ch-chuhadâ’i.

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا شَهيدُ يَا بْنَ الشَّهيدِ يا اَخَ الشَّهيدِ يا اَبَا الشُّهَدآءِ اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا شَهيدُ يَا بْنَ الشَّهيدِ يا اَخَ الشَّهيدِ يا اَبَا الشُّهَدآءِ

Paix sur toi, o martyr, o fils de martyr, o frère de martyr, o père des martyrs !

Allâhumma balligh-hu ‘annî fî hâthih-is-sâati wa fî hâthâ-l-yawmi wa fî hâthâ-l-waqti wa fî kulli waqtin tahiyyatan kathîratan wa salâman!

اَللّـهُمَّ بَلِّغْهُ عَنّي في هذِهِ السّاعَةِ وَفي هذَا الْيَوْمِ وَفي هذَا الْوَقْتِ وَفي كُلِّ وَقْت تَحِيَّةً كَثيرَةً وَسَلاماً

Transmets-lui de ma part, O mon Dieu, à cette heure-ci, aujourd’hui même, maintenant et à tout temps, mes meilleures salutations et mes sincères souhaits de paix!

Salâm-ullâhi ‘alayka wa Rahmat-ullâhi wa Barakâtuhu ya-bna Sayyid-il-‘âlamîna wa ‘alâ-l-mustach-hadîna ma‘aka, slâman mutaççilan mça-t-taçal-al-laylu wa-n-nahâru!

سَلامُ اللهِ عَلَيْكِ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ يَا بْنَ سَيِّدِ الْعالَمينَ وَعَلَى الْمُسْتَشْهَدينَ مَعَكَ سَلاماً مُتَّصِلاً مَا اتَّصَلَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Que la Paix, la Miséricorde et les Bénédictions d’Allah soient sur toi, o fils du Maître des mondes, ainsi que sur ceux qui sont tombés en martyrs avec toi, Paix continuelle qui dure autant que le jour et la nuit continuent à se suivre!

As-salâmu ‘al-al-Husayn-ibna-‘Aliyyin-ich-chahîd-i !

السَّلامُ عَلَى الْحُسَيْنِ بْنِ عَليٍّ الشَّهيدِ

Que la Paix soit sur al-Hussain fils de ‘Ali, le martyr!

As-salâmu ‘alâ-l-‘Abbâs-ibna-Amîr-il-Mu’minîn-ach-chahîd-i !

اَلسَّلامُ عَلَى الْعَبّاسِ بْنِ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ الشَّهيدِ

Que la Paix soit sur ‘Ali fils d’al-Hussain, le martyr!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuldi Amîr- al-Mu’minîn-a !

السَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ اَمِيرِ الْمُؤْمِنينَ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils du Prince des Croyants !

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuld-il-Hasan!

اَلسَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ الْحَسَنِ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils d’al-Hassan!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuld-il-Husayn !

اَلسَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ الْحُسَيْنِ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils d’al-Hussain!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuldi Ja‘far-in wa ‘Aqîl-in !

السَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ جَعْفَرٍ وَعَقِيلٍ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils de Ja’far et de ‘Aqîl ![3]

As-salâmu ‘alâ kulli mustach-hidin ma’ahum min-al-mu’minîn-a !

اَلسَّلامُ عَلى كُلِّ مُسْتَشْهَدٍ مَعَهُمْ مِنَ الْمُؤْمِنينَ

Que la Paix soit sur tous les croyants tombés en martyrs avec eux !

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Mohammadin wa balligh-hum ‘annî tahiyyatan kathîratan wa salâman !

اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ وَبَلِّغْهُمْ عَنّي تَحِيَّةً كَثيرَةً وَسَلاماً

O mon Dieu! Prie sur Mohammad et sur la Famille et les descendants de Mohammad, et transmets-leur, de ma part, mes meilleures salutations et mes sincères souhaits de paix!

As-salâmu ‘alayka yâ Rasûl-Allâh-i! Ahsan-Allâhu lak-al-‘azâ’a fî waladik-al-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا رَسُولَ اللهِ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءَ في وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Messager d’Allah ! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils, al-Hussain !

As-salâmu ‘alayki yâ Fâtimat-u! Ahsan-Allâhu lak-il-‘azâ’a fî waladik-il-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكِ يا فاطِمَةُ اَحْسَنَ اللهُ لَكِ الْعَزآءَ في وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Fâtimah ! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils al-Hussain !

As-salâmu ‘alayka yâ Amîr-al-Mu’minîn-a! Ahsan-Allâhu laka-l-azâ’a fî waladik-al-Husayn!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءَ فِي وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Prince des Croyants (Imam Ali) ! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils al-Hussain!

As-salâmu ‘alayka yâ Abâ Muhammad-in-al-Hasan! Ahsan-Allâhu lak-al-‘azâ’a fî akhûk-al-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا مُحَمَّد الْحَسَنَ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءِ في اَخيكَ الْحُسَيْنِ

Paix soit sur toi, o Abû Mohammad al-Hassan ! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton frère al-Hussain !

Yâ Mawlâya yâ Abâ ‘Abdillâh-i ! Anâ dhayf-ullâhi wa dhayfuka, wa jâr-ullâhi wa jâruka, wa li-kulli dhayfin wa jârin qiran, wa qirâya fî hâthâ-l-waqti an tas’al-Allâha Subhânahu wa ta‘âlâ an yarzuqanî fakâka raqabatî min-an-Nâr-i, Innahu Samî‘-ud-du‘â’i, Qarîbun Mujîb-un !

يا مَوْلايَ يا اَبا عَبْدِاللهِ اَنَا َضْيُفُ اِللهِ َوضَيْفُكَ وَجارُ اللهِ وَجارُكَ وَلِكُلِّ ضَيْفٍ وَجارٍ قِرىً وَقِرايَ في هذَا الْوَقْتِ اَنْ تَسْئَلَ اللهَ سُبْحانَهُ وَتَعالى اَنْ يَرْزُقَني فَكاكَ رَقَبَتي مِنَ النّارِ اِنَّهُ سَميعُ الدُّعآءِ قَريبُ مُجيبُ.

O mon Maître ! O Abû Abdullâh al-Hussain ! Je suis l’hôte d’Allah et ton hôte, le voisin d’Allah et ton voisin; or tout hôte et tout voisin a droit à un geste (repas) d’hospitalité, et mon droit (sur toi) à présent est que tu demandes à Allah - Il est Glorifié et Sublime- de m’accorder la libération de mon cou de l’Enfer ! Il est celui qui entend la prière de demande (du‘â’), Il est Proche et Il est celui qui exauce (le du‘â’)!

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammad wa âlé Muhammad

 

6-Le 25 Moharram

Jour anniversaire de la mort de l'Imam Zayn al-'Âbidîn, fils de l'Imam al-Hussain (p), en l'an 94 de l'hégire(7).
 

 

***********************************************

 

Al-Hussayn, à travers de brefs témoignages du Prophète (P) et de quelques grandes figures du monde musulman

1- Al-Hussayn: un être purifié, donc Infaillible

- Selon al-Samhûdî (et selon Anas cité par l'imam Ahmad ibn Hanbal):

«Le Prophète venait chaque matin à la porte de 'Alî, Fatima, al-Hassan et al-Hussayn, et tenant les deux poteaux (de la porte), il s'écriait trois fois «A la prière, à la prière, à la prière», et de réciter ce verset coranique:

«Ô vous les Gens de la Maison (Ahl al-Bayt): Dieu veut éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement». (Coran, 33: 33)

Cité par 'Abbas Mahmoud Al-'Aqqâd(8)

(et par Ibn Kathir)(9)

2- Le Prophète (P), al-Hussayn et le Jour de la Résurrection

L'Imam 'Alî, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, a raconté:

«Un jour le Messager de Dieu est entré chez moi, alors que je dormais (...) Fâtima, al-Hassan et al-Hussayn étaient là. Il dit alors à Fâtima: Moi, toi, ces deux-là et ce dormeur, nous occuperont ensemble une même place le Jour de la Résurrection».

Cité par Ibn Kathîr(10)

  3- Le Maître de la Jeunesse du Paradis

Abî Sa'ïd al-Khidri, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, témoigne:

«Le Prophète a dit: al-Hassan et al-Hussayn sont les deux Maîtres de la Jeunesse du Paradis».

Cité par Ibn Kathîr(11)

Ibn Sâbit, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, témoigne:

«Al-Hussayn Ibn 'Alî entra un jour dans la mosquée. Jâbir Ibn 'Abdulâh dit alors: Celui qui aimerait voir le Maître de la Jeunesse du Paradis, qu'il regarde celui-ci (al-Hussayn). C'est ce que j'ai entendu du Prophète».

Cité par Ibn Kathîr(12)

4- Le Prophète (P), le premier à pleurer du Martyre d'al-Hussayn

L'Imam 'Alî, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal a raconté:

- Un jour, en entrant chez le Messager de Dieu, j'ai vu que ses yeux débordaient de larmes. Aussi lui demandai-je:

- «Qu'est ce qui t'a fait pleurer, ô Messager de Dieu?»

- «L'Ange Gabriel, dit-il, vient de me quitter. Il m'a informé qu'al-Hussayn serait tué près de l'Euphrate. Et me demandant, "veux-tu sentir la terre où il sera tué?", il tendit sa main, ramassa une poignée de terre et la donna. Je n'ai pu alors empêcher mes yeux de déborder de larmes».

Cité par Ibn Kathîr(13)

5- Les larmes d'al-Hussayn fendaient le coeur du Prophète (P)

Lorsque le Prophète entendait al-Hassan ou al-Hussayn pleurer, il disait à sa fille Fâtima:

«Pourquoi cet enfant pleure-t-il? Ne sais-tu pas que ses pleurs me font mal?»

Cité par 'Abbas Mahmoud al-'Aqqad(14)

6- Le Prophète et al-Hussayn: Deux Êtres d'une même Essence

Al-Tarmadi, citant Ya'lî Ibn Marrah, rapporte ce témoignage:

- Le Prophète dit: «Hussayn fait partie de moi et je fais partie de Hussayn. Dieu aime qui aime al-Hussayn. Al-Hussayn est un saint (sibt)(15) ».

Cité par Ibn Kathir(16)

7- Soutenir al-Hussayn est un devoir

Le père de Ach'ath Ibn Samih a dit:

- J'ai entendu le Messager de Dieu dire: «Mon fils - c'est-à dire al-Hussayn - sera assassiné sur une terre dénommée Karbalâ'. Quiconque l'y verra, qu'il le soutienne».

Cité par Ibn Kathir(17)

8- Al-Hussayn: critère de la fidélité au Prophète (P)

Abû Hurayrah, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, témoigne:

- Le Prophète (P), regardant al-Hassan, al-Hussayn et Fatima (leur mère), dit: «Je serai en guerre contre quiconque aura été en guerre contre vous et en paix avec quiconque aura été en paix avec vous».

Cité par Ibn Kathir(18)

9- Mon Dieu: aime al-Hussayn

Selon Ibn Ahmad:

- Le Prophète étreignait al-Hassan et al-Hussayn en disant: «Mon Dieu, je les aime. Aime-les donc!»

Cité par Ibn Kathir(19)

10- Aimer al-Hussayn, c'est aimer le Prophète

L'imam Ahmad Ibn Hanbal rapporte le témoignage suivant d'Abî Hurayrah:

- Le Prophète a dit: «Celui qui aime al-Hassan et al-Hussayn, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté».

Cité par Ibn Kathir(20)

11- Al-Hussayn et les occupants du Ciel

Selon al-'Izâr Ibn Harith:

- Un jour, alors que 'Amr Ibn al-'Aç était à l'ombre de la Ka'ba, et qu'il vit venir al-Hussayn, il dit: «Voici parmi les habitants de la terre le plus aimé des habitants du Ciel».

Cité par Ibn Kathir(21)

12- Un Symbole Universel

C'est cette tendresse dont a fait preuve le Prophète à l'égard d'al-Hussayn, qui a élevé ce dernier au rang de ces personnages exemplaires dont les nations et les peuples font le Symbole de l'amour et de la fierté, ou celui de la douleur et du sacrifice, et qui deviennent, de ce fait, les biens-aimés de tout un chacun, l'objet de sympathie et de tendresse de tout le monde, comme si l'on était lié à eux par un lien d'amour et de parenté.

'Abbas Mahmoud al-'Aqqâd(22)

13- Un Courage Inégalable

Il n'y a pas dans le genre humain un seul exemple de courage qui puisse équivaloir au courage de coeur dont a fait preuve l'Imam al-Hussayn à Karbalâ'.

'Abbas Mahmoud al-'Aqqâd(23)

14- Un Martyr sans égal

Il n'y a dans le monde aucune famille qui ait engendré autant de martyrs, aussi puissants et réputés qu'en a engendré la famille d'al-Hussayn. Rappelons simplement qu'al-Hussayn est unique dans l'histoire de ce monde à avoir été à la fois martyr, fils de martyr, (frère de martyr)(24) et père d'une lignée de martyrs qui se sont succédés à travers plusieurs centaines d'années.

'Abbas Mahmoud al-'Aqqâd(25)

15- Une Fierté sans égale

A-Hussayn a acquis une fierté sans égal dans l'histoire de l'humanité, ancienne et moderne, arabe et non-arabe.

'Abbas Mahmoud al-'Aqqâd(26)

16- Le Bon Droit Evident

Il est difficile de concevoir un conflit dans lequel le bon droit et la vertu de l'un des deux protagonistes puissent être aussi évidents et aussi incontestables que le furent le bon droit et la vertu d'al-Hussayn dans le conflit qui l'opposait à Yazid.

'Abbas Mahmoud al-'Aqqâd(27)

17- Personne ne peut rester indifférent à l'assassinat d'al-Hussayn

Tout Musulman devrait se sentir affligé par l'assassinat d'al-Hussayn; car il fait partie des plus nobles des Musulmans et des plus savants des Compagnons, et il est le fils de la meilleure fille du Prophète. En outre, il était un serviteur pieux, courageux et sublime.

Ibn Kathir(28)

18- Un Soulèvement irréprochable

Nous ne connaissons pas un seul Compagnon ou Suivant qui ait dit, du vivant d'al-Hussayn ou après son assassinat, que le Soulèvement de ce dernier avait quelque chose d'illégal.

Aboul 'Alâ al-Mawdoudi(29)

19- Yazid: Commanditaire de l'assassinat d'al-Hussayn

- Lorsqu'on a dit à l'imam Ahmad Ibn HANBAL qu'il y avait des gens qui disaient: Nous aimons Yazid, il répondit:

«Mais comment peut-on aimer Yazid tout en croyant en Dieu et au Jour de la Résurrection?»

Cité par IBN Taymiyyeh(30)

20- Mu'âwiyah, père de Yazid: Tel père, tel fils

«La primauté de la politique sur la Religion et l'inobservance, pour des raisons politiques, des peines prescrites, -ces pratiques instituées par Mu'âwiya- ont portés leurs fruits les plus pourris à l'époque de son successeur, son fils Yazid qu'il avait lui-même choisi et désigné pour sa succession. En effet, à cette époque trois événements sont intervenus qui ont secoué le monde islamique tout entier :

1-L'assassinat d'al-Hussayn Ibn Ali
2-La guerre d'al-Harra, dans laquelle l'armée de Yazid a marché à la fin de l'année 63 H.sur la cité du Prophète, Médine où elle assassinat sept mille musulmans parmi les dignitaires et dix milles parmi la population, et elle s'adonna au viol des femmes. On rapporte que "mille femmes tombèrent enceintes" à la suite de cette pratique du viol"
3-L'armée de Yazid marcha sur la Mecque, détruisit l'un des murs de la Sainte Ka'ba et y mit le feu.

Aboul 'Alâ al-Mawdoudi(31)

21- Le Crime et le Châtiment

«Rares ont été ceux qui, parmi les assassins d'al-Hussayn, ont pu échapper à un funeste sort: Aussitôt se tiraient-ils d'un malheur ou d'une adversité dans ce bas-monde qu'ils tombaient malades, et la plupart d'entre eux ont été atteints de folie».

Ibn Kathir(32)

**********************************************

 

L'Imam al-Hussayn par lui-même

1- «Nous sommes le Parti de Dieu, lequel sera vainqueur,(33) et nous sommes les plus proches parents du Messager de Dieu et les membres pieux de sa famille. Nous formons l'un des Deux Poids(34) (2), ceux-là mêmes que le Prophète a placés après le Livre de Dieu...».

L'Imam al-Hussayn

2- «Dieu est content de celui dont nous sommes contents, nous les Ahl al-Bayt (la famille du Prophète)... Car nous savons patienter devant l'épreuve à laquelle IL nous soumet..., et IL nous en récompense de la récompense que méritent ceux qui savent patienter».

L'Imam al-Hussayn

3- Se rendant au tombeau du Prophète avant de quitter Médine par refus de prêter serment d'allégeance au Califat illégal de Yazid, I'Imam al-Hussayn dit:

«Ô mon Dieu! ici se trouve le tombeau de Ton Prophète, et je suis le fils de la fille de Ton Prophète. TU sais ce qu'il m arrive. Ô mon Dieu! J'aime le bien et je renie le mal. Je Te demande, Ô Toi qui es plein de majesté et de munificence, par ce tombeau et celui qui y gît, de ne me faire faire que ce qui Te satisfait et satisfait Ton Prophète».

4- «Nous sommes la famille du Prophète, le métal du Message et le lieu de fréquentation des Anges. C'est par nous que Dieu a débuté (le Message) et c'est par nous qu'IL (l') a parachevé. Par contre, Yazid est un libertin qui ne cache pas son libertinage, un alcoolique et un assassin de l'âme(35) innocente que Dieu a interdit de tuer. Quelqu'un comme moi ne saurait donc prêter serment d'allégeance à quelqu'un comme lui».

L'Imam al-Hussayn

5- L'Imam al-Hussayn, lors de l'annonce de son soulèvement contre Yazid Ibn Mu'awiya:

«Je ne me suis pas soulevé de gaieté de coeur, ni pour une quelconque insatisfaction personnelle, ni par subversion ni injustement. Je me suis soulevé pour réformer la Umma de mon grand-père, le Messager de Dieu, pour commander le bien et interdire le mal, et pour suivre les traces de mon grand-père et de mon père...»

6- Rappelant aux Musulmans leur devoir de s'opposer à Yazid, l'Imam al-Hussayn dit:

«Ô gens! Le Messager de Dieu a dit: Celui qui voit un Sultan injuste qui rend légal ce que Dieu a interdit, qui transgresse le pacte qu'il a conclu devant Dieu, qui dévie la Sunna du Messager de Dieu, qui agresse les Musulmans et commet des péchés contre eux, sans qu'il s'oppose à lui (à ce sultan) ni par une parole ni par une action, Dieu lui réservera obligatoirement le même traitement qu'IL réserve à ce sultan».

7- L'Imam al-Hussayn rappelant les qualités requises pour le dirigeant Musulman:

«J'en jure par ma religion: L'Imam ne peut être que celui qui gouverne selon le Livre, qui établit, l'équité qui a pour religion la Religion Vraie, qui s'en tient scrupuleusement aux prescriptions de Dieu...»

8- Consterné par l'attitude passive des Musulmans face à la situation corrompue sous le califat de Yazid, I'Imam al-Hussayn affirma à ses compagnons sa détermination de poursuivre jusqu'au bout sa Révolution:

«Il nous est arrivé ce que vous pouvez vous-mêmes constater. Le monde a changé, s'est renié, et le bien s'est éclipsé... Il n'en reste que quelques égouttures pareilles aux égouttures d'un verre d'eau vidé, et la vilenie, comme dans un pâturage insalubre. Ne voyez-vous donc pas qu'on néglige le vrai et qu'on ne s'interdit plus réciproquement le faux? Que le fidèle pieux s'attache à rencontrer son Seigneur en étant sur le bon chemin. Car je ne vois la mort que comme un bonheur, et la vie avec les injustes que comme une source d'ennui et de lassitude».

9- Al-Hussayn, arrivé sur le lieu prédit de son martyre, dit à ses compagnons:

«Ô mon Dieu! je me protège auprès de Toi du KARB (affliction) et du BALÂ' (malheur).

Et d'ajouter:

«C'est un lieu d'affliction et de malheur. Descendez de vos montures. C'est ici le terme de notre voyage, le lieu de l'effusion de notre sang et la place de nos tombeaux. C'est ce que m'a dit mon grand-père, le Messager de Dieu».

10- L'Imam al-Hussayn, abandonné par les Kûfites et encerclé par l'armée omayyade:

«Ô mon Dieu! Toi à qui je me confie chaque fois que je subis une affliction, et en qui je mets mon espoir chaque fois que je suis dans l'adversité. Je me suis confié à Toi pour toutes les épreuves que j 'ai subies. Combien de soucis - devant lesquels le coeur s'affaissait, les solutions manquaient, l'ami s'éclipsait et l'ennemi se réjouissait - que je t'avais confiés (parce que mon amour est dirigé vers Toi exclusivement) n'as-Tu pas dissipés? Tu es donc pour moi, le Maître de tout bienfait, l'auteur de toute bienfaisance et l'objet de tout désir».

11- Préférant la mort à la soumission au pouvoir déviationniste de Yazid, l'Imam al-Hussayn s'écria au visage de ses bourreaux:

«Par Dieu je ne me rends pas à vous comme un humilié, ni ne me soumets comme un esclave».

18- «Les gens sont les esclaves de ce bas-monde. La religion n'est qu'un objet de flatterie sur leur langue. Ils la couvent tant que leurs moyens de subsistance sont assurés aisément. Mais, dès qu'ils sont soumis à l'épreuve, les vrais pratiquants se font rares».

L'Imam al-Hussayn

19- «La véracité est puissance, le mensonge est impuissance, la confidence est Dépôt, le voisinage est parenté, le secours est aumône, le travail est expérience, le bon caractère est culte, le silence est ornement, l'avarice est pauvreté, la générosité est richesse, la compassion est quintessence».

L'Imam al-Hussayn

20- «La raison ne se perfectionne qu'en suivant le vrai».

Imam al-Hussayn

21- «Qui t'aime, t'empêche, et qui te hait, t'allèche».

L'Imam al-Hussayn

 

 

 ****************************************************************************

Ziyârat ‘Âchourâ’

Enregistrement audio

 

Selon un hadith de l’Imâm Sâdiq (p) : "Chaque fois que vous avez un voeu que vous voulez qu’Allah exauce, récitez la Ziyârat `Achourâ’ puis le Duâ’ `Alqamah,et enfin, demandez au  Seigneur ce que vous voulez, Incha’Allah cela vous sera donné de par sa Générosité et sa Gratitude".

Assalâmu ‘alayka yâ  Abâ ‘Abdillâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِاللهِ،

Que la paix soit soit sur toi, ô Abâ ‘Abdillah

As- Assalâmu ‘alayka ya-bna  Rasûlillâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ

Que la paix soit soit sur toi, ô fils de l’Envoyé d’Allah,

Assalâmu ‘alayka ya-bna  Amîr-ul-mu’minîn-a  wa-bna  Sayyid-il-waçiyyîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَابْنَ سَيِّدِ الْوَصِيّينَ،

Que la paix soit soit sur toi, ô fils du Prince des croyants et du Maître des Héritiers présomptifs,

 

Assalâmu ‘alayka ya-bna  Fâtimata,  Sayyidati  nisâ’-il-‘âlamîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ فاطِمَةَ سَيِّدَةِ نِساءِ الْعالَمينَ،

Que la paix soit soit sur toi, ô fils de Fâtimah, Maîtresse des femmes des mondes,

Assalâmu ‘alayka yâ  thârallâh  wa-bna  thârihi  wa-l-witra-l-mawtûr-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا ثارَ اللهِ وَابْنَ ثارِهِ وَالْوِتْرَ الْمَوْتُورَ،

Que la paix soit sur toi, ô «vengeance» d'Allah et fils de Sa «Vengeance»! Paix sur toi, o vengeance et revendicateur de vengeance ! 

 

Assalâmu ‘alayka wa ‘ala-l-arwâh-il-latî  hallat  bi-finâ’ika

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ وَعَلَى الاَْرْواحِ الَّتي حَلَّتْ بِفِنائِكَ

Que la paix soit sur toi et sur les âmes qui demeurent en ton seuil.

 

‘Alaykum minnî  jamî‘an  salâmullâhi  abadan  mâ  baqîtu  wa  baqiy-al-laylu  wan-nahâr-u

عَلَيْكُمْ مِنّي جَميعاً سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ،

Que la paix d’Allah soit, de ma par,t sur vous tous pour toujours, tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

 


Yâ  Abâ ‘Abdillâh!  laqad ‘adhumat-ir-raziyyatu  wa  jallat  wa ‘adhumat -il-muçibatu  bika ‘alaynâ  wa ‘alâ  jamî‘i  ahl-il-islâm-i

يا اَبا عَبْدِاللهِ لَقَدْ عَظُمَتِ الرَّزِيَّةُ وَجَلَّتْ وَعَظُمَتِ الْمُصيبَةُ بِكَ عَلَيْنا وَعَلى جَميعِ اَهْلِ الاِْسْلامِ

O Abâ’Abdillah, le malheur de ta perte est immense et cette épreuve est terrible et difficile à supporter pour nous et pour tous les gens de l’Islam.

 

Wa  jallat  wa ‘adhumat  muçîbatuka  fi-s-samâwâti ‘alâ  jamî‘i  ahli-s-samâwât-i

وَجَلَّتْ وَعَظُمَتْ مُصيبَتُكَ فِي السَّماواتِ عَلى جَميعِ اَهْلِ السَّماواتِ،

le malheur de ta perte est immense et cette épreuve est terrible et difficile à supporter également pour les gens des cieux.

 

Fa-la‘an-Allâhu  ummatan  assasat  asâs-adh-dhulmi  wa-l-jawri ‘alaykum  Ahl-al-Bayt

فَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً اَسَّسَتْ اَساسَ الظُّلْمِ وَالْجَوْرِ عَلَيْكُمْ اَهْلَ الْبَيْتِ،

Qu’Allah maudisse donc un peuple qui a édifié les fondements de l’injustice et de l’oppression sur vous, les Ahl-ul-Bayt.

Wa la‘an-Allâhu ummatan dafa‘at-kum ‘an maqâmikum wa azâlat-kum ‘an  marâtibikum-ullatî rattabakum-ullâhu  fîhâ

وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً دَفَعَتْكُمْ عَنْ مَقامِكُمْ وَاَزالَتْكُمْ عَنْ مَراتِبِكُمُ الَّتي رَتَّبَكُمُ اللهُ فيها،

Qu’Allah maudisse un peuple qui vous a écartés de votre position et vous a confisqué les rangs dans lesquels Allah vous avait placés.

 

Wa la‘an-Allâhu  ummatan  qatalatkum  wa  la‘ana-llâhu-l-mumahhidîna  lahum  bi-t-tamkîni min  qitâlikum

وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً قَتَلَتْكُمْ وَلَعَنَ اللهُ الْمُمَهِّدينَ لَهُمْ بِالَّتمْكينِ مِنْ قِتالِكُمْ،

Qu’Allah maudisse un peuple qui vous a assassinés et qu’Il maudisse ceux qui lui ont préparé le terrain pour vous combattre.

Bari’tu  ila-llâhi  wa  ilaykum  minhum  wa  achyâ‘ihim  wa  atbâ‘ihim  wa  awliyâ’ihim

بَرِئْتُ اِلَى اللهِ وَاِلَيْكُمْ مِنْهُمْ وَمِنْ اَشْياعِهِمْ وَاَتْباعِهِمْ وَاَوْلِيائِهِم،

Devant Allah et devant vous je les désapprouve et avec eux leurs partisans, leurs adeptes et leurs amis.

Yâ   Abâ ‘Abdillâh, innî   silmun   li-man   sâlamakum wa harbun li-man  hârabakum   ilâ   yawm-il-qiyâmah

يا اَبا عَبْدِاللهِ اِنّي سِلْمٌ لِمَنْ سالَمَكُمْ وَحَرْبٌ لِمَنْ حارَبَكُمْ اِلى يَوْمِ الْقِيامَةِ،

O Abâ ‘Abdillâh, je suis en paix avec ceux qui sont en paix avec vous et en guerre contre ceux qui sont en guerre contre vous, jusqu’au Jour de la Résurrection.

Wa la‘an-Allâhu  âla  Ziyâd  wa  âla  Marwân  wa la‘an-Allâhu Banî  Umayyata  qâtibatan

وَلَعَنَ اللهُ آلَ زِياد وَآلَ مَرْوانَ، وَلَعَنَ اللهُ بَني اُمَيَّةَ قاطِبَةً،

Qu’Allah maudisse les Âle Ziyâd et les Âle Marwân. Qu’allah maudisse tous les Bani Omayyah sans exception.

Wa la‘an-Allâhu-bna  Marjânata  wa  la‘an-Allâhu  ‘Umara-bna  Sa‘d-in  wa  la‘ana-llâhu  Chimran

وَلَعَنَ اللهُ ابْنَ مَرْجانَةَ، وَلَعَنَ اللهُ عُمَرَ بْنَ سَعْدٍ، وَلَعَنَ اللهُ شِمْراً،

Qu’Allah maudisse Ibn Marjânah. Qu’Allah maudisse Omar Ibn Sa‘d. Qu’Allah maudisse Chimr.

 

Wa la‘an-Allâhu  ummatan  asrajat  wa  aljamat  wa  tanaqqabat  li-qitâlika

لَعَنَ اللهُ اُمَّةً اَسْرَجَتْ وَاَلْجَمَتْ وَتَنَقَّبَتْ لِقِتالِكَ،

Qu’Allah maudisse un peuple qui est monté en selle, qui a bridé ses chevaux et qui s’est préparé en vue de te combattre.

 

Bi-abî  anta  wa  ummî  laqad ‘adhuma  muçâbî  bika

بِاَبي اَنْتَ وَاُمّي لَقَدْ عَظُمَ مُصابي بِكَ

Que mon père et ma mère te soient sacrifiés! La peine que je ressens pour toi est immense.

                                                     

Fa-as’al-ullâha-llathî akrama  maqâmaka  wa  akramanî  bika  an  yarzuqanî  talaba  thârika  ma‘a  imâmin  mançûrin  min  Ahli-Bayti  Muhammadin  çallâ-Ilâhu ‘alayhi  wa  âlihi

فَاَسْأَلُ اللهَ الَّذي اَكْرَمَ مَقامَكَ وَاَكْرَمَني اَنْ يَرْزُقَني طَلَبَ ثارِكَ مَعَ اِمامٍ مَنْصُورٍ مِنْ اَهْلِ بَيْتِ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ،

Je demande donc à Allah, qui t’a honoré de ton rang et par toi m’a honoré, qu’Il m’accorde la chance de te venger aux côtés d’un Imâm victorieux descendant des Gens de la Maison de Mohammad (p).

 Allâhumma-j‘alnî ‘indaka  wajîhan  bi-l-Husayni ‘alayhi-s-salâmu  fi-d-dunyâ  wa-l- âkhira-ti

اَللّـهُمَّ اجْعَلْني عِنْدَكَ وَجيهاً بِالْحُسَيْنِ عَلَيْهِ السَّلامُ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ،

O mon Dieu ! fasse que par (la grâce d’) al-Hussain (p) je mérite Ta considération dans le monde ici-bas et dans l’au-delà

 

Yâ  Abâ ‘Abdillâh !  Innî ataqarrabu  ilâ-llâhi  wa  ilâ  Rasûlihi  wa  ilâ  Amîr-il-mu’minîna  wa  ilâ  Fâtimata  wa  ilâ-l-Hasani  wa  ilayka  bi-muwâlâtika  wa  bi-l- barâ’ati  mimman  assasa  asâsa  thalik  wa  banâ ‘alayhi  bunyânahu  wa  jarâ  fi  dhulmihi  wa  jawrihi ‘alaykum  wa ‘alâ  achyâ‘ikum.

يا اَبا عَبْدِاللهِ اِنّي اَتَقَرَّبُ اِلى اللهِ وَ اِلى رَسُولِهِ وَاِلى اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَاِلى فاطِمَةَ وَاِلَى الْحَسَنِ وَاِلَيْكَ بِمُوالاتِكَ وَبِالْبَراءَةِ (مِمَّنْ قاتَلَكَ وَنَصَبَ لَكَ الْحَرْبَ وَبِالْبَراءَةِ مِمَّنْ اَسَسَّ اَساسَ الظُّلْمِ وَالْجَوْرِ عَلَيْكُمْ وَاَبْرَأُ اِلَى اللهِ وَاِلى رَسُولِهِ) مِمَّنْ اَسَسَّ اَساسَ ذلِكَ وَبَني عَلَيْهِ بُنْيانَهُ وَجَرى فِي ظُلْمِهِ وَجَوْرِهِ عَلَيْكُمْ وَعلى اَشْياعِكُمْ،

O Abâ’Abdillah, je demande à être rapproché d’Allah, de Son Envoyé, du Commandeur des croyants (l’Imam Ali), de Fâtimah, d’al-Hassan et de toi par  mon amour pour toi et par mon rejet et mon désaveu de ceux qui  ont posé la fondation de votre tragédie et y ont bâti leur édifice et qui ont poursuivi leur injustice et leur oppression contre vous et vos partisans

 

Bari’tu  ilâ-llâhi  wa  ilaykum  minhum  wa  ataqarrabu  ilâ-llâh  thumma  ilaykum  bi- muwâlâtikum wa muwâlâti  waliyyikum  wa  bi-l-barâ’ati  min  a‘dâ’ikum  wa-n-nâçibîna  lakumu-l-harba  wa  bi-l-barâ’ati  min  achyâ‘ihim  wa  atbâ‘ihim

بَرِئْتُ اِلَى اللهِ وَاِلَيْكُمْ مِنْهُمْ وَاَتَقَرَّبُ اِلَى اللهِ ثُمَّ اِلَيْكُمْ بِمُوالاتِكُمْ وَمُوالاةِ وَلِيِّكُمْ وَبِالْبَراءَةِ مِنْ اَعْدائِكُمْ وَالنّاصِبينَ لَكُمُ الْحَرْبَ وَبِالْبَراءَةِ مِنْ اَشْياعِهِمْ وَاَتْباعِهِمْ،

Je les désavoue devant Allah et devant vous et je cherche à me rapprocher d’Allah puis de vous en vous aimant et en aimant celui que vous aimez, par mon rejet de vos ennemis et de ceux qui sont en guerre contre vous, et par le rejet de leurs partisans et de leurs adeptes.


Innî  silmun  li-man  sâlamakum  wa  harbun  li-man  hârabakum  wa  waliyyun  li-man  wâlâkum  wa ‘aduwwun  li-man ‘âdâkum

اِنّي سِلْمٌ لِمَنْ سالَمَكُمْ وَحَرْبٌ لِمَنْ حارَبَكُمْ وَوَليٌّ لِمَنْ والاكُمْ وَعَدُوٌّ لِمَنْ عاداكُمْ

Je suis en paix avec quiconque est en paix avec vous et je suis en guerre contre quiconque est en guerre contre vous, je suis l’ami de quicoque est votre ami et l’ennemi de quiconque est votre ennemi.

 

Fa-as’alu-llâha-llathî  akramanî  bi-ma‘rifatikum  wa  ma‘rifati  awliyâ’ikum  wa razaqaniya-l-barâ’ata  min  a‘dâ’ikum  an  yaj‘alanî  ma‘akum  fi-d-duniyâ  wa-l-âkhirati  wa  an  yuthabbita  lî ‘indakum  qadama  çidqin  fi-d-dunyâ  wa-l-âkhira-ti

فَاَسْأَلُ اللهَ الَّذي أكْرَمَني بِمَعْرِفَتِكُمْ وَمَعْرِفَةِ اَوْلِيائِكُمْ وَرَزَقَنِي الْبَراءَةَ مِنْ اَعْدائِكُمْ اَنْ يَجْعَلَني مَعَكُمْ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ وَاَنْ يُثَبِّتَ لي عِنْدَكُمْ قَدَمَ صِدْقٍ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ

Je demande à Allah, qui m’a honoré de votre connaissance et de la connaissance de vos amis et m’a inspiré le désaveu de vos ennemis, de me permettre d’être avec vous dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde et d’affermir ma sincérité fidèle envers vous dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde.

Wa as’aluhu an yuballighaniya-l-maqâm-al-mahmûda lakum ‘inda-llâh  wa  an  yarzuqani  talaba  thârikum  ma‘a  imâmi hudan  dhâhirin  nâtiqin  bi-l-haqqi  minkum

وَاَسْأَلُهُ اَنْ يُبَلِّغَنِي الْمَقامَ الَْمحْمُودَ لَكُمْ عِنْدَ اللهِ وَاَنْ يَرْزُقَني طَلَبَ ثاري مَعَ اِمام هُدىً ظاهِرٍ ناطِقٍ بِالْحَقِّ مِنْكُمْ

Et je Lui demande de me faire atteindre au rang méritoire que vous avez auprès d’Allah et de m’accorder l’occasion de réclamer votre vengeance aux côtés d’un Imâm de guidance, issu de vous, bien-guidé, réapparaissant et annonçant la vérité.

 

Wa  as’alu-llâh  bi-haqqikum  wa  bi-ch-cha’ni-llathî  lakum ‘indahu  an   yu‘tiyanî  bi-  muçâbî  bikum  af-dhala  mâ  yu‘ti  muçâban  bi-muçîbatihi  muçîbatan  mâ a‘dhamahâ  wa  a‘dhama  raziyyatahâ  fi-l-Islâmi  wa  fî  jamî‘i-s-samâwâti  wa-l-ardh-i

وَاَسْألُ اللهَ بِحَقِّكُمْ وَبِالشَّأنِ الَّذي لَكُمْ عِنْدَهُ اَنْ يُعْطِيَني بِمُصابي بِكُمْ اَفْضَلَ ما يُعْطي مُصاباً بِمُصيبَتِهِ مُصيبَةً ما اَعْظَمَها وَاَعْظَمَ رَزِيَّتَها فِي الاِْسْلامِ وَفِي جَميعِ السَّماواتِ وَالاْرْضِ

Et je demande à Allah, par votre droit et par la haute position dont vous jouissez auprès de Lui, de me récompenser de mon deuil de vous, la meilleure récompense qu’Il puisse  accorder à quelqu’un en deuil, car il s’agit là d’un deuil on ne peut plus immense et dont l’affliction on ne peut plus immense pour l’Islam et pour tous les cieux et la terre.

Allâhumma-j‘alnî  fî  maqâmî  hâthâ  mimman  tanâluhu  minka  çalawâtun  wa rahmatun  wa  magh-firatun

اَللّـهُمَّ اجْعَلْني فِي مَقامي هذا مِمَّنْ تَنالُهُ مِنْكَ صَلَواتٌ وَرَحْمَةٌ وَمَغْفِرَةٌ،

Ô mon Dieu ! Fais que je sois, là où je me trouve ici (en visite pieuse «ziyârah), au nombre de ceux dont Tu combles de Prières, de Miséricorde et de Pardon.

 

Allâhumma-j‘al mahyâya mahyâ  Muhammadin  wa  âle  Muhammad-in  wa mamâtî  mamâta  Muhammadin  wa  âle  Muhammad-in

اَللّـهُمَّ اجْعَلْ مَحْيايَ مَحْيا مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ وَمَماتي مَماتَ مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ،

Ô mon Dieu ! fais-moi vivre et mourir de la même façon dont ont vécu et sont morts Mohammad et la famille de Mohammad.

Allâhumma  inna  hâthâ   yawmun   tabarrakat   bihi  Banû  Umayyata  wa-bnu  âkilat-il-akbâd-al-la‘înu-bnu-l-la‘îni ‘alâ  lisânika  wa  lisâni  Nabiyyika  çalla-llâhu ‘alayhi  wa  âlihi  fi   kulli  mawtinin  wa  mawqifin  waqafa  fîhi  Nabiyyuka  çallâ-llâhu ‘alayhi  wa  âlihi

اَللّـهُمَّ اِنَّ هذا يَوْمٌ تَبَرَّكَتْ بِهِ بَنُو اُمَيَّةَ وَابْنُ آكِلَةِ الاَْكبادِ اللَّعينُ ابْنُ اللَّعينِ عَلى لِسانِكَ وَلِسانِ نَبِيِّكَ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ فِي كُلِّ مَوْطِن وَمَوْقِف وَقَفَ فيهِ نَبِيُّكَ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ،

Ô mon Dieu! c’est un jour dont se sont félicités les Banû Omayyah et le fils de la Dévoreuse de foies, le maudit fils du maudit, maudit par Ta bouche et par la bouchne de Ton Prophète (P) dans chaque endroit et dans chaque demeure où s’est arrêté Ton Prophète (P).

Allâhumma-l‘an  Abâ  Sufiyâna  wa  Mu‘âwiya-ta  wa  Yazîda-bna  Mu‘âwiya-ta ‘alayhim  minka-l-la‘natu  abada-l-âbidîn-a

اَللّـهُمَّ الْعَنْ اَبا سُفْيانَ وَمُعاوِيَةَ وَيَزيدَ ابْنَ مُعاوِيَةَ عَلَيْهِمْ مِنْكَ اللَّعْنَةُ اَبَدَ الآبِدينَ،

Ô mon Dieu ! maudis Abâ Sufyân, Mu ‘âwiyah et Yazîd, fils de Mu ‘âwiyah ; que Ta malédiction soit sur eux pour l’éternité.

Wa  hâthâ  yawmun  farihat  bihi  âlu  Ziyâd  wa  âlu  Marwân  bi-qatlihimu-l-Husayn  çalawâtu-llâh ‘alayhi

وَهذا يَوْمٌ فَرِحَتْ بِهِ آلُ زِياد وَآلُ مَرْوانَ بِقَتْلِهِمُ الْحُسَيْنَ صَلَواتُ اللهِ عَلَيْهِ،

C’est un jour où les Âle Ziyâd et les Âle Marwân se sont réjouis d’avoir assassiné al-Hussayn, que les Prières d’Allah soient sur lui.

Allâhumma  fa-dhâ‘if ‘alayhimu-l-la‘na  minka  wa-l-‘athâb-al-alîm

اَللّـهُمَّ فَضاعِفْ عَلَيْهِمُ اللَّعْنَ مِنْكَ وَالْعَذابَ (الاَْليمَ)

Ö mon Dieu! double donc sur eux la malédiction venant de toi et le châtiment terrible.

Allâhumma  innî  ataqarrabu  ilayka  fî  hâthâ-l-yawmi  wa  fî  mawqifî  hâthâ  wa  ayyâmi  hayâtî  bi-l-barâ’ati  minhum  wa-l-la‘nati ‘alayhim  wa  bi-l-muwâlâti  li-  Nabbiyyika  wa  âle  Nabiyyika ‘alayhi  wa ‘alayhimu-s-salâm

اَللّـهُمَّ اِنّي اَتَقَرَّبُ اِلَيْكَ فِي هذَا الْيَوْمِ وَفِي مَوْقِفي هذا وَاَيّامِ حَياتي بِالْبَراءَةِ مِنْهُمْ وَاللَّعْنَةِ عَلَيْهِمْ وَبِالْمُوالاةِ لِنَبِيِّكَ وَآلِ نَبِيِّكَ عَلَيْهِ وَعَلَيْهِمُ اَلسَّلامُ

Ô mon Dieu ! je recherche Ta proximité en ce jour, dans cet endroit et pour tous les jours de ma vie, en les désavouant, en les maudissant, et en éprouvant de l’amour pour Ton Prophète et pour les membres de la famille de Ton Prophète, que la paix soit sur lui et sur eux.

Puis réciter cent fois   ثمّ تقول مائة مرّة :

Allâhumma-l‘an  awwala  dhâlimin  dhalama  haqqa  Muhammadin  wa  âle  Muhammad  wa  âkhira  tâbi‘in  lahu ‘alâ  thâlika

ذلِكَ، اَللّـهُمَّ الْعَنْ اَوَّلَ ظالِم ظَلَمَ حَقَّ مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّدٍ وَآخِرَ تابِعٍ لَهُ عَلى ذلك

Ô mon Dieu! maudis le premier oppresseur qui a opprimé le bon droit de Muhammad et des Âle Muhammad et le dernier qui l’a suivi en cela.

 

 

Allâhumma-l‘ani-l-‘içâbat-al-latî jâhadati-l-Husayn wa châya‘at wa bâya‘at  wa  tâba‘at ‘alâ  qatlihi

اَللّـهُمَّ الْعَنِ الْعِصابَةَ الَّتي جاهَدَتِ الْحُسَيْنَ (عليه السلام) وَشايَعَتْ وَبايَعَتْ وَتابَعَتْ عَلى قَتْلِهِ،

Ô mon Dieu!  maudis la bande qui a combattu al-Husayn, qui s’est liguée, qui a pactisé et qui s’est compromise en vue de son assassinat.

Allâhumma-lanhum  jamîan

اَللّـهُمَّ الْعَنْهُمْ جَميعاً

Ô mon Dieu!  maudis-les tous.

 

Puis réciter cent fois ce qui suit (Les cent bénédictions) :

 

As-salâmu ‘alayka  yâ  Abâ  ‘Abdillâh-i  wa ‘alâ-l-arwâh-il-latî  hallat  bi-finâ’ika ‘alayka  minnî  salâmu-llâhi  abadan  mâ  baqîtu  wa  baqiya-l-laylu  wan-nahâr-u

ثمّ تقول مائة مرّة: اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِاللهِ وَعَلَى الاَْرْواحِ الَّتي حَلَّتْ بِفِنائِكَ عَلَيْكَ مِنّي سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Que la paix soit sur toi, ô Abâ Abdillâh, ainsi que sur les âmes qui demeurent en ton seuil. Sur toi, de ma part, le salâm d’Allah pour toujours tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

 

Wa  lâ  ja‘alahu-llâh  âkhira-l-‘ahdi  minnî  li-ziyâratikum

وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنّي لِزِيارَتِكُمْ،

Qu’Allah ne fasse pas que ce soit mon dernier engagement à vous rendre visite.

 

As-salâmu ‘alâ-l-Husayn  wa ‘alâ ‘Aliyy-ibn-il-Husayn-i  wa ‘alâ  awlâdi-l-Husayn-i  wa ‘alâ  açhâbi-l-Husayn-i

اَلسَّلامُ عَلَى الْحُسَيْنِ وَعَلى عَلِيِّ بْنِ الْحُسَيْنِ وَعَلى اَوْلادِ الْحُسَيْنِ وَعَلى اَصْحابِ الْحُسَيْنِ،

Que la paix soit sur al-Husayn, sur Ali fils d’al-Husayn, sur les enfants d’al-Husayn et sur les compagnons d’al-Husayn.

Ensuite réciter :

Allâhumma  khuçça  anta  awwala  dhâlimin  bi-l-la‘ni  minnî  wa-bda’ bihi  awwalan  thumma-th-thâniya  wa-th-thâlitha  wa-r-râbi‘a Allâhumma-l‘an Yazîda  khâmisan  wa-l‘an ‘Ubayda-llâhi-bna  Ziyâd  wa-bna  Marjâna  wa ‘Umara-bna  Sa‘d  wa  Chimran  wa  âla  Abî  Sufiyâna  wa  âla  Ziyâd  wa  âla  Marwâna  ilâ  yawmi-l-qiyâmah

ثمّ تقول: اَللّـهُمَّ خُصَّ اَنْتَ اَوَّلَ ظالِم بِاللَّعْنِ مِنّي وَابْدَأْ بِهِ اَوَّلاً ثُمَّ (الْعَنِ) الثّانيَ وَالثّالِثَ وَالرّابِعَ اَللّـهُمَّ الْعَنْ يَزيدَ خامِساً وَالْعَنْ عُبَيْدَ اللهِ بْنَ زِياد وَابْنَ مَرْجانَةَ وَعُمَرَ بْنَ سَعْد وَشِمْراً وَآلَ اَبي سُفْيانَ وَآلَ زِياد وَآلَ مَرْوانَ اِلى يَوْمِ الْقِيامَةِ

Ô mon Dieu ! Destine de ma part la malédiction sur le premier des oppresseurs et commence par lui en premier. Puis maudis le deuxième, le troisième et le quatrième. Ô mon Dieu !, maudis Yazîd en cinquième puis maudis ‘Ubaydallâh Ibn Ziyâd, Ibn Marjânah, ‘Omar Ibn Sa‘d, Chimr, les Âle Abû Sufiyân, les Âle Ziyâd et les Âle Marwân jusqu’au Jour de la Résurrection.

Puis se prosterner (sujûd) et réciter  :

Allâhumma  laka-l-hamdu  hamda-ch-châkirîna  laka ‘alâ muçâbihim,  al-hamdu  li-llâhi ‘alâ ‘adhimi  raziyyatî

ثمّ تسجد وتقُول: اَللّـهُمَّ لَكَ الْحَمْدُ حَمْدَ الشّاكِرينَ لَكَ عَلى مُصابِهِمْ اَلْحَمْدُ للهِ عَلى عَظيمِ رَزِيَّتي

Ô mon Dieu! louange à Toi, pareille à la louange de ceux qui Te remercient de leur deuil. Louange à Toi pour l’immensité de mon affliction.

Allâhum-mar-zuqnî chafâ‘ati-l-Husayn-i yawma-l-wurûdi wa  thabbit  lî  qadama  çidqin ‘indaka  ma‘a-l-Husayni  wa  açhâbi-l-Husayni allathîna bathalû  muhajahum dûna-l-Husayni ‘alayhi-s-salâm-u

اَللّـهُمَّ ارْزُقْني شَفاعَةَ الْحُسَيْنِ يَوْمَ الْوُرُودِ وَثَبِّتْ لي قَدَمَ صِدْق عِنْدَكَ مَعَ الْحُسَيْنِ وَاَصْحابِ الْحُسَيْنِ اَلَّذينَ بَذَلُوا مُهَجَهُمْ دُونَ الْحُسَيْنِ عَلَيْهِ السَّلامُ.

Ô mon Dieu! gratifie-moi de l’intercession d’al-Husayn le jour de l’Entrée (auprès de Toi) et affermis ma sincérité fidèle envers Toi aux côtés d’al-Husayn et des compagnons d’al-Husayn, qui ont sacrifié leur vie pour d’al-Hussayn, que la paix soit sur lui.

Enfin, après la ziyârah faire une prière de deux rak‘ah, suivie du Du‘â’ ‘Alqamah ci-après :

 


Du‘â’ ‘Alqamah

(on le  récite après la prière de la ziyârah de ‘Âchûrâ’)

 

 Yâ  Allâhu  Yâ  Allâhu  Yâ  Allâh-u

يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ،

O Allah ! Oh Allah : O Allah :

  mujîba  dawati-l-mudh-tarrîn-a

يا مُجيبَ دَعْوَةِ الْمُضْطَرِّينَ،

Ô Toi qui réponds aux prières des désemparés

  kâchifa  kurabi-l-makrûbîn-a

يا كاشِفَ كُرَبِ الْمَكْرُوبينَ،

Ô Toi qui soulages la peine des affligés

  ghiyâth-al-mustaghîthîn-a

يا غِياثَ الْمُسْتَغيثينَ،

Ô Toi qui viens au secours de ceux qui appellent au secours

  çarîkh-al-mustaçrikhîn-a

يا صَريخَ الْمُسْتَصْرِخينَ،

Ô Toi qui viens à l’aide de ceux qui appellent à l’aide

Wa  yâ  man  huwa  aqrabu  ilayya  min  habli-l-warîd-i

وَيا مَنْ هُوَ اَقْرَبُ اِلَيَّ مِنْ حَبْلِ الْوَريدِ،

Ô Toi qui es plus proche de moi que ma veine jugulaire,

 

Wa  yâ  man  yahûlu  bayna-l-mar’i  wa  qalbihi

وَيا مَنْ يَحُولُ بَيْنَ الْمَرْءِ وَقَلْبِهِ،

Ô Toi qui Te places entre l’homme et son coeur

 

Wa  yâ  man  huwa  bi-l-mandhari-l-a‘lâ  wa bi-l-ufuqi-l-mubîn-a

وَيا مَنْ هُوَ بِالْمَنْظَرِ الاَْعْلى وَ بِالاُْفـُقِ الْمُبينِ،

Ô Toi qui Te trouves au site le plus élevé et à la séparation de l’horizon

 

Wa  yâ man  huwa-r-Rahmânu-r-Ramu ‘ala-l-‘arch-istawâ

وَيا مَنْ هُوَ الرَّحْمنُ الرَّحيمُ عَلَى الْعَرْشِ اسْتَوى،

Ô Toi qui es le Clément, le Miséricordieux dominant le Trône.

 

 

Wa  yâ  man  ya‘lamu  khâ’inata-l-a‘yuni  wa  mâ  tukhfi-ç-çudûr-u 

وَيا مَنْ يَعْلَمُ خائِنَةَ الاَْعْيُنِ وَما تُخْفِي الصُّدُورُ،

Ô Toi qui reconnais la traîtrise dans les regards et ce qui est caché dans les poitrines

 

Wa  yâ  man  lâ  yakhfâ ‘alayhi  khâfiya-tun

وَيا مَنْ لا تَخْفى عَلَيْهِ خافِيَهٌ،

Ô Toi à qui on ne peut rien cacher.

 

Yâ  man  lâ  tachtabihu ‘alayhi-l-açwât-u

يا مَنْ لا تَشْتَبِهُ عَلَيْهِ الاَْصْواتُ،

Ô Toi pour qui aucune voix ne ressemble à une autre

Wa  yâ  man  lâ  tughallituhu-l-hâjât-u

وَيا مَنْ لا تُغَلِّطُهُ الْحاجاتُ،

Ô Toi pour qui aucun besoin ne se confond avec un autre

Wa  yâ  man  lâ  yubrimuhu  ilhâh-ul-mulihhîn-a

وَيا مَنْ لا يُبْرِمُهُ اِلْحاحُ الْمُلِحّينَ،

Ô Toi qui n’es jamais importuné par l’insistance des solliciteurs.

  mudrika  kulli  fawtin  wa  yâ  jâmi‘a  kulli  chaml-in

يا مُدْرِكَ كُلِّ فَوْتٍ، وَيا جامِعَ كُلِّ شَمْلٍ،

Ô Toi à qui rien n’échappe, qui peux atteindre tout ce qui échappe et qui réunis tout ce qui est épars,

 

Wa  yâ  bâri’-an-nufûsi  ba‘d-al-mawt-i

وَيا بارِئَ النُّفُوسِ بَعْدَ الْمَوْتِ،

Ô Toi qui donnes une nouvelle vie aux âmes après la mort,

 

  man  huwa  kulla  yawmin  fî  cha’n-in

يا مَنْ هُوَ كُلَّ يَوْم فِي شَأن،

Ö Toi qui es Celui qui chaque jour accomplit une œuvre nouvelle

 

Yâ  qâdhiya-l-hâjâti ! Yâ  munaffis-al-kurubâti !   mu‘tiy-as-su’ulât-i !

يا قاضِيَ الْحاجاتِ، يا مُنَفِّسَ الْكُرُباتِ، يا مُعْطِيَ السُّؤُلاتِ،

Ô pourvoyeur des besoins ! Ô Toi qui soulages les peines ! Ô Toi qui  accèdes aux demandes !

Yâ  waliyya-r-raghabâti ! Yâ  kâfiyya-l-muhimmâti ! Yâ  man  yakfî  min  kulli  chay’in  wa lâ  yakfî  minhu  chay’un  fi-s-samâwâti  wa-l-ardhi !

يا وَلِيَّ الرَّغَباتِ، يا كافِيَ الْمُهِمّاتِ، يا مَنْ يَكْفي مِنْ كُلِّ شَىْءٍ وَلا يَكْفي مِنْهُ شَيءٌ فِي السَّماواتِ وَالاَْرْضِ،

Ô Toi qui satisfaits les désirs ! Ô Toi qui subviens aux besoins ! Ô Toi qui se passes de toute chose alors que rien dans les cieux et sur la terre ne peut se passer de Lui.

 

As’aluka  bi-haqqi  Muhammadin  Khâtim-in-nabiyyîna  wa ‘Aliyyin  Amîr-il-mu’minîna  wa  bi-haqqi  Fâtimata  binti  Nabiyyika  wa   bi-haqqi-l-Hasani  wa-l-Husayn-i

اَسْاَلُكَ بِحَقِّ مُحَمَّدٍ خاتَمِ النَّبِيّينَ وَعَلِيِّ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ، وَبِحَقِّ فاطِمَةَ بِنْتِ نَبِيِّكَ، وَبِحَقِّ الْحَسَنِ وَالْحُسَيْنِ

Je Te demande par le droit de Mohammad, Sceau des prophètes, et de ‘Ali, Prince des croyants, par le droit de Fâtimah, fille de Ton Prophète, et par le droit d’al-Hasan et d’al-Husayn.

 


Fa-innî  bihim  atawajjahu  ilayka  fî  maqâmî  hâthâ  wa  bihim  atawassalu wa  bihim  atachaffa‘u ilayka

فَاِنّي بِهِمْ اَتَوَجَّهُ اِلَيْكَ فِي مَقامي هذا وَبِهِمْ اَتَوَسَّلُ وَبِهِمْ اَتَشَفَّعُ اِلَيْكَ،

Par eux je me tourne vers Toi depuis cet endroit (Haram Moqaddas), par eux je Te supplie, et par eux je demande intercession auprès de Toi.

 

 

Wa  bi-haqqihim  as’aluka  wa  uqsimu  wa  a‘zimu ‘alayka  wa  bi-ch-cha’ni-l-lathî  lahum ‘indaka  wa bi-l-qadri-l-lathî  lahum ‘indaka  wa  bi-l-lathî  fadh-dhaltahum  ‘alâ-l-‘âlamîn

وَبِحَقِّهِمْ اَسْأَلُكَ وَاُقْسِمُ وَاَعْزِمُ عَلَيْكَ، وَبِالشَّأنِ الَّذي لَهُمْ عِنْدَكَ وَبِالْقَدْرِ الَّذي لَهُمْ عِنْدَكَ، وَبِالَّذي فَضَّلْتَهُمْ عَلَى الْعالَمينَ،

Par leur droit, je Te demande et Te conjure avec force et détermination, par le haut statut dont ils jouissent auprès de Toi et par la valeur qu’ils ont auprès de toi et par laquelle Tu leur as donné la préséance sur les mondes !

 

 

 

Wa  bi-smika-llathî  ja‘altahu ‘indahum  wa  bihi  khaçaçtahum  dûn-al-‘âlamîna  wa bihi  abantahum  wa  abanta  fadhlahum  min  fadhl-il-‘âlamîna  hattâ  fâqa  fadhluhum  fadhl-al-‘âlamîna  jamî‘an.

وَبِاسْمِكَ الَّذي جَعَلْتَهُ عِنْدَهُمْ وَبِهِ خَصَصْتَهُمْ دُونَ الْعالَمينَ، وَبِهِ اَبَنْتَهُمْ وَاَبَنْتَ فَضْلَهُمْ مِنْ فَضْلِ الْعالَمينَ، حَتّى فاقَ فَضْلُهُمْ فَضْلَ الْعالَمينَ جَميعاً،

Et par Ton Nom que Tu as placé auprès d’eux et que Tu leur as particulièrement attribué à l’exclusion des mondes et par lequel Tu les as distingués et Tu as distingué nettement leur mérite de celui des mondes au point qu’il a surpassé le mérite de (tous) les mondes réunis !

As’aluka  an  tuçalliyya ‘alâ  Muhammadin  wa  Âle  Muhammadin  wa  an  takchifa ‘annî  ghammî  wa  hammî  wa  karbî  wa  takfiyanî-l-muhimma  min  umûrî  wa  taqdhiya ‘annî  daynî

اَسْاَلُكَ اَنْ تُصَلِّيَ عَلى مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّد وَاَنْ تَكْشِفَ عَنّي غَمّي وَهَمّي وَكَرْبي، وَتَكْفِيَنِي الْمُهِمَّ مِنْ اُمُوري، وَتَقْضِيَ عَنّي دَيْني

Je Te demande de prier sur Muhammad et la famille de Muhammad et d’enlever mes soucis, mon angoisse et mon désarroi, de subvenir au plus important de mes affaires, et de régler ma dette,

Wa  tujîranî  min-al-faqri  wa  tujîranî  min-al-fâqati

وَ تُجيرَني مِنَ الْفَقْرِ وَتُجيرَني مِنَ الْفاقَةِ

de me protéger de la pauvreté, de me protéger de l’indigence,

 

Wa  tughniyanî ‘an-il-mas’alati  ilâ-l-makhlûqîna

وَتُغْنِيَني عَنِ الْمَسْأَلَةِ اِلَى الَْمخْلُوقينَ،

de me dispenser d’avoir à demander aux créatures

 

Wa  takfiyani  hamma  man  akhâfu  hammahu  wa ‘usra  man  akhâfu ‘usrahu  wa  huzûnata  man  akhâfu  huzûnatahu  wa  charra  man  akhâfu  charrahu  wa  makra  man  akhâfu  makrahu  wa  baghya  man  akhâfu  baghyahu  wa  jawra  man  akhâfu  jawrahu  wa  sultâna  man  akhâfu  sultânahu  wa  kayda  man  akhâfu  kaydahu  wa  maqdurata  man  akhâfu  maqduratahu ‘alayya

وَتَكْفِيَني هَمَّ مَنْ اَخافُ هَمَّهُ، وَعُسْرَ مَنْ اَخافُ عُسْرَهُ، وَحُزُونَةَ مَنْ اَخافُ حُزُونَتَهُ، وَشَرَّ مَنْ اَخافُ شَرَّهُ، وَمَكْرَ مَنْ اَخافُ مَكْرَهُ، وَبَغْيَ مَنْ اَخافُ بَغْيَهُ، وَ جَوْرَ مَنْ اَخافُ جَوْرَهُ، وَسُلْطانَ مَنْ اَخافُ سُلْطانَهُ، وَكَيْدَ مَنْ اَخافُ كَيْدَهُ، وَمَقْدُرَةَ مَنْ اَخافُ مَقْدُرَتَهُ عَلَيَّ،

D’écarter de moi le souci de celui dont je crains le souci, la rigueur de celui dont je crains la rigueur, la peine de celui dont je crains la peine, le mal de celui dont je crains le mal, la ruse de celui dont je crains la ruse, l’injustice de celui dont je crains l’injustice, l’oppression de celui dont je crains l’oppression, le pouvoir de celui dont je crains le pouvoir, la fourberie de celui dont je crains la fourberie, la puissance de celui dont je crains la puissance sur moi.

 

Wa  tarudda ‘annî  kayd-al-kayadati  wa  makr-al-makara-ti

وَتَرُدَّ عَنّي كَيْدَ الْكَيَدَةِ وَمَكْرَ الْمَكَرَةِ،

Et de détourner de moi la ruse des rusés et la fourberie des fourbes.

 

Allâhumma  man  arâdanî  fa-arid-hu  wa  man  kâdani  fa-kid-hu

اَللّـهُمَّ مَنْ اَرادَني فَاَرِدْهُ، وَمَنْ كادَني فَكِدْهُ،

Ô mon Dieu, à celui qui me veut du mal retourne-le-lui, et celui qui veut me tromper retourne-lui sa tromperie

Wa-çrif ‘annî  kaydahu  wa  makrahu  wa  ba’sahu  wa  amâniyyahu

وَاصْرِفْ عَنّي كَيْدَهُ وَمَكْرَهُ وَبَأسَهُ وَاَمانِيَّهُ،

et détourne de moi sa ruse, sa fourberie, son adversité et ses machinations.

 

Wa-mna‘hu ‘annî  kayfa  chi’ta  wa  annâ  chi’ta

وَامْنَعْهُ عَنّي كَيْفَ شِئْتَ وَاَنّى شِئْتَ،

Écarte-le de moi comme Tu veux et quand Tu veux.

 

Allâhumma-ch-ghalhu ‘annî  bi-faqrin  lâ  tajburuhu  wa  bi-balâ’in  lâ tasturuhu  wa  bi-fâqatin  lâ  tusudduha  wa  bi-suqmin  lâ  tu‘âfîhi  wa  thullin lâ tu‘izzuhu  wa  bi-maskanatin  lâ tajburuhâ

اَللّـهُمَّ اشْغَلْهُ عَنّي بِفَقْر لا تَجْبُرُهُ، وَبِبَلاء لا تَسْتُرُهُ، وَبِفاقَة لا تَسُدّها، وَبِسُقْم لا تُعافيهِ، وَذُلٍّ لا تُعِزُّهُ، وَبِمَسْكَنَة لا تَجْبُرُها،

Ô mon Dieu! Détourne-le de moi en l’accablant d’une pauvreté que Tu ne colmateras pas, d’une tare que Tu ne pallieras pas, d’un dénuement que Tu ne combleras pas, d’une maladie dont Tu ne le guériras pas, d’une humiliation dont Tu ne le remettras pas et d’une indigence dont Tu ne le sortiras pas.

Allâhumm-adhrib  bi-th-thulli naçba ‘aynayhi wa-d-khil ‘alayhi-l-faqra fî manzilihi wa-l-‘illata wa-s-suqma fî  badanihi hattâ tach-ghalahu ‘annî bi- chughlin  châghilin  lâ  farâgha  lahu

اَللّـهُمَّ اضْرِبْ بِالذُّلِّ نَصْبَ عَيْنَيْهِ، وَاَدْخِلْ عَلَيْهِ الْفَقْرَ فِي مَنْزِلِهِ، وَالْعِلَّةَ وَالسُّقْمَ فِي بَدَنِهِ، حَتّى تَشْغَلَهُ عَنّي بِشُغْل شاغِل لا فَراغَ لَهُ،

Ô mon Dieu! mets-le face à l’humiliation et fais entrer la pauvreté dans sa maison, la maladie et le mal dans son corps afin que Tu le détournes de moi en l’accablant d’une préoccupation obsédante et sans répit.

 

 

Wa ansihi  thikrî kamâ  ansaytahu  thikraka  wa-khuth ‘annî  bi-sam‘ihi  wa  baçarihi  wa lisânihi  wa  yadihi  wa  rijlihi  wa  qalbihi  wa  jamî‘i  jawârihihi

وَاَنْسِهِ ذِكْري كَما اَنْسَيْتَهُ ذِكْرَكَ، وَخُذْ عَنّي بِسَمْعِهِ وَبَصَرِهِ وَلِسانِهِ وَيَدِهِ وَرِجْلِهِ وَقَلْبِهِ وَجَميعِ جَوارِحِهِ،

Fais-lui oublier mon souvenir comme Tu lui as fait oublier le Tien. Éloigne de moi son ouïe, sa vue, sa langue, sa main, son pas, son coeur et tous ses membres,

Wa-d-khil ‘alayhi  fî  jamî‘i  thâlika-s-suqma wa  lâ  tuchfihi  hattâ  taj‘ala  thâlika  lahu  chughlan  châghilan  bihi ‘annî  wa ‘an  thikrî

وَاَدْخِلْ عَلَيْهِ فِي جَميعِ ذلِكَ الْسُّقْمَ وَلا تَشْفِهِ حَتّى تَجْعَلَ ذلِكَ لَهُ شُغْلاً شاغِلاً بِهِ عَنّي وَعَنْ ذِكْري،

fais pénétrer la maladie dans chacun d’eux, et ne le guéris pas afin que ce soit pour lui une préoccupation qui le détourne de moi et de mon souvenir.

 

Wa-kfinî  yâ  kâfiya  mâ  lâ  yakfî  siwâka  fa-innaka-l-kâfî  lâ  kâfiya  siwâka  wa  mufarrijun  lâ  mufarrija  siwâka  wa  mughithun  lâ  mughitha  siwâka  wa  jârun  lâ  jâra  siwâka

وَاكْفِني يا كافِيَ مالا يَكْفي سِواكَ، فَاِنَّكَ الْكافِي لا كافِيَ سِواكَ، وَمُفَرِّجٌ لا مُفَرِّجَ سِواكَ، وَمُغيثٌ لا مُغيثَ سِواكَ، وَجارٌ لا جارَ سِواكَ،

Et protège-moi, Toi qui protèges de ce que nul autre que Toi ne protège, car Tu es le Protecteur et nul autre protecteur que Toi, Tu es le Libérateur et nul autre libérateur que Toi, Tu es le Secoureur et nul autre secoureur que Toi, Tu es le Défenseur et nul autre défenseur que Toi.

Khâba  man  kâna  jâruhu  siwâka  wa  mughîthuhu  siwâka  wa  mafza‘uhu  ilâ  siwâka  wa  mahrabuhu  ilâ  siwâka  wa  malja’ahu  ilâ  ghayrika  wa  manjâhu  min  makhlûqin  ghayrika

خابَ مَنْ كانَ جارُهُ سِواكَ، وَمُغيثُهُ سِواكَ، وَمَفْزَعُهُ اِلى سِواكَ، وَمَهْرَبُهُ اِلى سِواكَ، وَمَلْجَأُهُ اِلى غَيْرِكَ، وَمَنْجاهُ مِنْ مَخْلُوقٍ غَيْرِكَ،

Est perdant celui qui prend pour protecteur autre que Toi, pour secours autre que Toi, pour refuge autre que Toi, pour abri autre que Toi, pour asile autre que Toi et pour sauveur une créature au lieu de Toi.

Fa-anta  thiqatî  wa  rajâ’î  wa  mafza‘î  wa  mahrabî  wa  malja’î wa  manjâya

فَاَنْتَ ثِقَتي وَرَجائي وَمَفْزَعي وَمَهْرَبي وَمَلْجَئي وَمَنْجايَ

Tu es ma confiance, mon espoir, mon refuge, mon abri, mon asile et mon salut.

 

Fa- bika  astaftihu  wa  bika  astanjihu  wa bi-Muhammadin  wa  âle  Muhammadin  atawajjahu  ilayka  wa  atawassalu  wa  atachaffa‘u

فَبِكَ اَسْتَفْتِحُ وَبِكَ اَسْتَنْجِحُ، وَبِمُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ اَتَوَجَّهُ اِلَيْكَ وَاَتَوَسَّلُ وَاَتَشَفَّعُ،

C’est par Toi que je commence, c’est par Toi que je recherche le succès, et c’est par Muhammad et les Âle Muhammad que je me dirige vers Toi, c’est  par eux que je Te supplie et c’est leur intercession auprès de Toi que j’invoque 

Fa  as’aluka  Yâ  Allâhu  Yâ  Allâhu  Yâ  Allâh-u!  Fa-laka-l-hamdu wa laka-ch-chukru  wa  ilayk-al-much-takâ  wa  anta-l-musta‘ân

فَاَسْاَلُكَ يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ، فَلَكَ الْحَمْدُ وَلَكَ الشُّكْرُ وَاِلَيْكَ الْمُشْتَكى وَاَنْتَ الْمُسْتَعانُ

Aussi Te demande-je, O Allah, O Allah, O Allah!à Qui reviennent la louange et le remerciement, vers Qui se dirigent les plaintes et à Qui on adresse la demande d’aide

 

Fa-as’aluka  Yâ  Allâhu  Yâ  Allâhu  Yâ  Allâh-u !  bi-haqqi  Muhammadin  wa  âle  Muhammadin  an  tuçalliya ‘alâ  Muhammad  wa  âle  Muhammadin

فَاَسْاَلُكَ يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ بِحَقِّ مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ اَنْ تُصَلِّيَ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ،

Je Te demande donc, O Allah, O Allah, O Allah ! par le droit de Muhammad et des Âle Muhammad, de prier sur Muhammad et les Âle Muhammad

 

Wa  an  tak-chifa ‘annî  ghammî  wa  hammî  wa  karbî  fî  maqâmî  hâthâ  kamâ  kachafta ‘an  Nabiyyika  hammahu  wa  ghammahu  wa  karbahu  wa  kafaytahu  hawla ‘aduwwihi

وَاَنْ تَكْشِفَ عَنّي غَمّي وَهَمّي وَكَرْبي فِي مَقامي هذا كَما كَشَفْتَ عَنْ نَبِيِّكَ هَمَّهُ وَغَمَّهُ وَ كَرْبَهُ وَكَفَيْتَهُ هَوْلَ عَدُوِّهِ،

et d’effacer mon chagrin, mon souci et mon adversité dans cet endroit même comme Tu as effacé le chagrin, le souci et l’adversité de Ton Prophète et comme Tu l’as protégé de la terreur de son ennemi.

 

 

Fa-k-chif  ‘annî  kamâ  kachafta ‘anhu  wa  farrij ‘annî  kamâ  farrajta ‘anhu  wa-kfinî kamâ  kafaytahu

فَاكْشِفْ عَنّي كَما كَشَفْتَ عَنْهُ وَفَرِّجْ عَنّي كَما فَرَّجْتَ عَنْهُ وَاكْفِني كَما كَفَيْتَهُ،

Soulage-moi donc comme Tu l’as soulagé, délivre-moi comme Tu l’as délivré, et protège-moi comme Tu l’as protégé,

 

Wa-çrif ‘annî  hawla  mâ  akhâfu  hawlahu  wa  ma’ûnata  mâ  akhâfu  ma’ûnatahu  wa  hamma  mâ  akhâfu  hammahu  bi-lâ  ma’ûnatin ‘alâ  nafsî min  thâlika

وَاصْرِفْ عَنّي هَوْلَ ما اَخافُ هَوْلَهُ، وَمَؤُونَةَ ما اَخافُ مَؤُونَتَهُ، وَهَمَّ ما اَخافُ هَمَّهُ بِلا مَؤونَةٍ عَلى نَفْسي مِنْ ذلِكَ،

Écarte de moi la terreur de ce dont je crains la terreur, la difficulté de ce dont je crains la difficulté et le souci de ce dont je crains le souci, sans que cela ne me cause de peine.

 

Wa-çrifnî  bi-qadhâ’i  hawâ’ijî  wa  kifâyati  mâ  ahammanî  hammuhu  min  amri  âkhiratî  wa  dunyâya.

وَاصْرِفْني بِقَضاءِ حَوائِجي، وَكِفايَةِ ما اَهَمَّني هَمُّهُ مِنْ اَمْرِ آخِرَتي وَدُنْيايَ،

Fais que je reparte d’ici avec mes demandes exaucées et ayant obtenu la résolution de ce qui me cause peine et souci pour ma vie dans l’au-delà et ici-bas.

 

Yâ  amîra-l-mu’minîna  wa  yâ  Abâ ‘Abdillâh ‘alaykumâ minnî  salâmu-llâhi  abadan  mâ  baqîtu  wa  baqiya-l-laylu  wa-n-nahâru

يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَيا اَبا عَبْدِاللهِ، عَلَيْكُما مِنّي سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

O Commandeur des croyants, O Abâ ‘Abdillâh, sur vous le salâm d’Allah pour toujours, tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

Wa  lâ ja‘alahu-llâhu  âkhira-l-‘ahdi  min  ziyâratikumâ  wa  lâ  farraq-Allâhu  baynî  wa  baynakumâ. 

وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنْ زِيارَتِكُما، وَلا فَرَّقَ اللهُ بَيْني وَبَيْنَكُما،

Qu’Allah ne fasse pas que ce soit mon dernier engagement à venir vous rendre visite et qu’Allah ne me sépare pas de vous.

Allâhumma ahyinî hayâta  Muhammadin  wa  thuriyyatihi  wa  amitnî  mamâtahum  wa  tawaffanî ‘alâ  millatihim  wa-h-churnî  fî  zumratihim

اَللّـهُمَّ اَحْيِني حَياةَ مُحَمَّدٍ وَذُرِّيَّتِهِ وَاَمِتْني مَماتَهُمْ وَتَوَفَّني عَلى مِلَّتِهِمْ،

Ô mon Dieu! fais-moi vivre comme ont vécu Muhammad et sa descendance et fais-moi mourir comme ils sont morts. Fais que je décède en membre de leur communauté et que je sois ressuscité parmi leur groupe.

Wa  lâ  tufarriq  baynî  wa  baynahum  tarfata ‘aynin  abadan  fi-d-dunyâ  wa-l-âkhira-ti.

وَاحْشُرْني فِي زُمْرَتِهِمْ وَلا تُفَرِّقْ بَيْني وَبَيْنَهُمْ طَرْفَةَ عَيْنٍ اَبَداً فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ،

Ne me sépare jamais d’eux un seul instant dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde.

 

Yâ  amîra-l-mu’minîna  wa  yâ  Abâ ‘Abdillâh!  ataytukumâ  zâ’iran  wa  mutawassilan  ila-llâh  rabbî  wa  rabbikumâ

يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَيا اَبا عَبْدِاللهِ اَتَيْتُكُما زائِراً وَمُتَوَسِّلاً اِلَى اللهِ رَبّي وَرَبِّكُما،

Ô Commandeur des croyants!, Ô Abâ ‘Abdillâh, je suis venu vous rendre visite et implorer Allah, votre Seigneur et le mien,

wa  mutawajjihan  ilayhi  bikumâ  wa  mustachfi‘an  bikumâ  ilâ-llâhi  fî  hâjatî  hâthihi.

وَمُتَوَجِّهاً اِلَيْهِ بِكُما وَمُسْتَشْفِعاً بِكُما اِلَى اللهِ (تَعالى) فِي حاجَتي هذِهِ

me tournant vers Lui par votre intermédiaire et requérant votre intercession auprès d’Allah pour la satisfaction de mon besoin.

Fa-chfa‘â lî  fa-inna  lakumâ ‘inda-llâhi-l-maqâma-l-mahmûda  wa-l-jâha-l-wajîha  wa-l-manzil-ar-rafî‘a  wa-l-wassîla-ta  

فَاشْفَعا لي فَاِنَّ لَكُما عِنْدَ اللهِ الْمَقامَ الَْمحْمُودَ، وَالْجاهَ الْوَجيهَ، وَالْمَنْزِلَ الرَّفيعَ وَالْوَسيلَةَ،

Alors intercédez pour moi car vous avez auprès d’Allah rang louable, honneur, considération, degré élevé et crédit.

 

 

Innî  anqalibu ‘ankumâ  muntadhiran  li-tanajjuzi-l-hâjati  wa  qadhâ’iha  wa  najâhiha  min-Allâhi  bi-chafâ‘atikumâ  ilâ-llâh  fî  thâlika

اِنّي اَنْقَلِبُ عَنْكُما مُنْتَظِراً لِتَنَجُّزِ الْحاجَةِ وَقَضائِها وَنَجاحِها مِنَ اللهِ بِشَفاعَتِكُما لي اِلَى اللهِ فِي ذلِكَ،

Je prends congé de vous en m’attendant que mon voeu soit exaucé, satisfait et réalisé par Allah grâce à votre intercession pour moi auprès de Lui.

 

 

 

 

Fa-lâ  akhîbu  wa  lâ  yakûnu munqalabî  munqalaban  khâ’iban  khâsiran  bal  yakûnu  munqalabî  munqalaban  râjihan  muflihan  munjihan  mustajâban  bi-qadhâ’i  jamî‘i  hawâ’ijî  wa  tachaffa‘â lî  ilâ-llâh-i.

فَلا اَخيبُ وَلا يَكُونُ مُنْقَلَبي مُنْقَلَباً خائِباً خاسِراً، بَلْ يَكُونُ مُنْقَلَبي مُنْقَلَباً راجِحاً (راجِياً) مُفْلِحاً مُنْجِحاً مُسْتَجاباً بِقَضاءِ جَميعِ حَوائِجي وَتَشَفَّعا لي اِلَى اللهِ،

Que je ne sois pas déçu et que je ne reparte pas avec perte et dommage, mais que je reparte avec l’espoir du succès, de la réussite et de l’accomplissement favorable de toutes mes demandes. Intercédez donc en ma faveur auprès d’Allah.

Inqalabtu ‘alâ  mâ  châ’a-llâhu  wa  lâ  hawla  wa  lâ  quwwata  illâ  bi-llâhi  mufawwidhan  amrî  ila-llâhi  mulji’an  dhahrî  ila-llâhi  mutawakkilan ‘ala-llâhi

انْقَلَبْتُ عَلى ما شاءَ اللهُ وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ، مُفَوِّضاً اَمْري اِلَى اللهِ مُلْجِأً ظَهْري اِلَى اللهِ، مُتَوَكِّلاً عَلَى اللهِ

Je repars avec ce qu’Allah veut et décide, il n’y a de puissance et de force qu’en Allah, m’en remettant à Allah, prenant refuge en Lui, plaçant ma confiance en Allah.

Wa  aqûlu  hasbiya-llâhu  wa  kafâ  sami‘a-llâhu  li-man  da‘â laysa  lî  warâ’a-llâh  wa  warâ’akum  yâ  sâdatî  muntahâ  mâ  châ’a  rabbî  kâna  wa  mâ  lam  ycha’ lam  yakun  wa  lâ  hawla  wa  lâ  quwwata  illâ  bi-llâhi.

وَاَقُولُ حَسْبِيَ اللهُ وَكَفى سَمِعَ اللهُ لِمَنْ دَعا لَيْسَ لي وَراءَ اللهِ وَوَراءَكُمْ يا سادَتي مُنْتَهى، ما شاءَ رَبّي كانَ وَمالَمْ يَشَأْ لَمْ يَكُنْ، وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ،

Et je dis : “Allah me suffit, Allah entend celui qui L’invoque, je n’ai en dehors d’Allah et de vous, O mes maîtres, d’autre but final. Ce qu’Allah veut est et ce qu’Il ne veut pas n’est pas. Il n’y a de puissance et de force qu’en Allah!”

 

Astawadi‘ukumâ-llâha  wa  lâ  ja‘alahu-llâhu  âkhira-l-‘ahdi  minnî  ilaykumâ.

اَسْتَوْدِعُكُمَا اللهَ وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنّي اِلَيْكُما،

Je vous fais mes adieux et qu’Allah n’en fasse pas mon dernier engagement envers vous.

 

Inçaraftu  yâ  sayyidî  yâ  Amîra-l-mu’minîna  wa  mawlâya  wa  anta  yâ  Abâ ‘Adbillâh  yâ  sayyidî  wa  salâmî  ‘alaykumâ  mutaççilun  mâ-t-taçala-l-laylu  wa-n-nahâru  wâçilun  thâlika  ilaykumâ  ghayru  mahjûbin ‘ankumâ  salâmî  inchâ’-Allâh.

اِنْصَرَفْتُ يا سَيِّدي يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَمَوْلايَ وَاَنْتَ يا اَبا عَبْدِاللهِ يا سَيِّدي وَسَلامي عَلَيْكُما مُتَّصِلٌ مَا اتَّصَلَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ واصِلٌ ذلِكَ اِلَيْكُما غَيْرُ مَحْجُوبٍ عَنْكُما سَلامي اِنْ شاءَ اللهُ،

Je prends congé, ô mon Maître, ô Commandeur des croyants, et toi, O Abâ ‘Abdillâh, sur vous mon salâm tant que se suivent la nuit et le jour. Que mon salâm soit perpétuellement sur vous et qu’il soit, si Allah le veut, l’objet de votre agrément,

Wa  as’aluhu  bi-haqqikumâ  an  yachâ’a  thâlika  wa  yaf‘ala  fa-innahu  hamîdun  majîd.

وَاَسْأَلُهُ بِحَقِّكُما اَنْ يَشاءَ ذلِكَ وَيَفْعَلَ فَاِنَّهُ حَميدٌ مَجيدٌ،

et je Lui demande par votre droit de vouloir cela et de l’accomplir car Il est digne d’éloges et Glorieux.

Inqalabtu  yâ  sayyidayya ‘ankumâ  tâ’iban  hâmidan  li-llâh  châkiran  râjiyan  li-l-ijâbati  ghayra  âyisin  wa  lâ  qânitin,  tâ’iban ‘â’idan  râji‘an  ilâ  ziyâratikumâ  ghayra  râghibin ‘ankumâ  wa  lâ  min  ziyâratikumâ  bal  râji‘un ‘â’idun  inchâ’-Allâh  wa  lâ  hawla  wa  lâ  quwwata  illâ  bi-llâh-i.

اِنْقَلَبْتُ يا سَيِّدَيَّ عَنْكُما تائِباً حامِداً للهِ شاكِراً راجِياً لِلاِْجابَةِ غَيْرَ آيِسٍ وَلا قانِطٍ تائِباً عائِداً راجِعاً اِلى زِيارَتِكُما غَيْرَ راغِب عَنْكُما وَلا مِنْ زِيارَتِكُما بَلْ راجِعٌ عائِدٌ اِنْ شاءَ اللهُ وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ،

Je prends congé de vous, O mes Maîtres, ayant fait acte de repentir, louant et remerciant Allah et espérant l’exaucement. Sans être désespéré ni découragé, de nouveau, je reviendrai vous rendre visite sans me lasser de vous ni de vous visiter. Si Allah veut, je reviendrais vous voir. Il n’y a de puissance et de force qu’en Allah.

 

 

Yâ  sâdâtî  raghibtu  ilaykumâ  wa  ilâ  ziyâratikumâ  ba‘da  an  zahida  fîkumâ  wa  fî  zitâratikumâ  ahlu-d-dunyâ.

يا سادَتي رَغِبْتُ اِلَيْكُما وَاِلى زِيارَتِكُما بَعْدَ اَنْ زَهِدَ فيكُما وَفِي زِيارَتِكُما اَهْلُ الدُّنْيا

O mes Maîtres, je suis venu pour vous et pour vous rendre visite avec désir et empressement après que les gens du monde d’ici-bas ont renoncé à votre visite

Fa-lâ  khayyabaniya-llâhu  mâ  rajawtu  wa  mâ  ammaltu fî  ziyâratikumâ  innahu  qarîbun mujîb.

فَلا خَيَّبَنِيَ اللهُ ما رَجَوْتُ وَما اَمَّلْتُ فِي زِيارَتِكُما اِنَّهُ قَريبٌ مُجيبٌ.

Qu’Allah ne me prive donc pas de ce que j’espère ni de ce que je souhaite en vous rendant visite car Il est proche et Il exauce les demandes.

 


****************************************************************************

Notes

1. "Istich-hâd al-Hussayn", Ibn Kathir, le Caire, Matba'at al-Madani

2. C'est-à-dire la nuit de 9 à 10 moharram.

3. Répéter par exemple: "Que la malédiction d'Allah soit sur les ennemis du Prophète Mohammad et des membres de sa famille.

4. Si on n'a pas la possibilité d'assister aux cérémonies de deuil ('azâ'), on peut se contenter de lire (ou d'écouter) le récit détaillé de la tragédie de Karbala'. Beaucoup de livres et de cassettes sont généralement disponibles chez les Musulmans adeptes d'Ahl-ul-Bayt. Voir, entre autre, "L'Imam al-Hussayn et le Jour de 'Achourâ' ", disponible sur notre page web.

5. C'est-à-dire, fils de l'Imam Ali (p).

6. Ja'far et 'Aqîl sont les frères de l'Imam Ali.

7. Selon une autre version, il serait décédé le 12 Moharram de l'an 95 de l'hégire.

8. "Al-'Abqariyyât al-Islâmiyyeh -2" (Les Génies islamiques-2), p. 314, Dâr al-Kitâb al-Lubnâni, Beyrouth

9. "Istich-hâd al-Hussayn" (Le Martyre d'al-Hussayn), p. 138, Matba'at al-Madani, le Caire

10. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 142

11. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 140

12. Id. Ibid.

13. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 126

14. "Al-'Abqariyyât al-Islâmiyyeh -2" (Les Génies islamiques -2), chap. "Fatima al-Zahrâ' ", p. 315

15. Sibt signifie (dans le texte): ce qu'il y a de meilleur dans une nation (voir le sens détaillé de ce terme dans "Kisân al-'Arab".

16. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 139

17. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 125

18. "Istich-hâd al-Hussayn", op. cit., p. 138

19. "Istich-hâd, op. cit., p. 141

20. "Istich-hâd", op. cit., p. 138

21. "Istich-hâd", op. cit., p. 142

22. "Les Génies islamiques -2", op. cit., tome II, chap. "Al-Hussayn, Père des Martyrs", p. 190

23. "Les Génies islamiques -2", op. cit., p. 195

24. Ce détail est oublié par l'auteur et rajouté par le traducteur.

25. "Les Génies islamiques - 2", op. cit., p. 280

26. "Les Génies islamiques - 2", op. cit., p. 280

27. "Les Génies islamiques -2", op. cit., p. 181

28. "Istich-hâd", op. cit., p. 132

29. "Al-Khilâfa wal-Mulk" (Le Califat et le Royaume), Kuwait, Dâr al-Qalam, 1978, p. 117

30. "Ra's-ul-Hussayn", Cheikh al-Islam Ibn Taymiyyah, Matba'at al-Madani, le Caire, p. 179

31. "A1-Khilâfa wal-Mulk", op. cit., pp. 117-121

32. "Istich-hâd a1-Hussayn", op. cit., p. 130

33. Allusion au verset coranique: «Ceux qui prennent pour maîtres: Dieu, son Prophète et les croyants: voila ceux qui forment le parti de Dieu et qui seront les vainqueurs» (Coran, 5: 56)

34. Allusion au Hadith al-Thaqalayn (les deux Poids) dans lequel le Prophète disait aux Musulmans: «Je vous laisse les deux Poids: Le Livre de Dieu, et mes proches parents, les membres de ma famille».

35. Allusion aux nombreux versets coraniques interdisant de tuer une âme innocente. Par exemple: «Ne tuez pas l'âme que Dieu a interdit de tuer». (Coran, 17: 33)

«Celui qui a tué un homme qui lui-même n'a pas tué (...) est considéré comme s'il avait tué tous les hommes...». (Coran, 5: 32)



[1] Pour me rapprocher d’Allah

[2] C'est-à-dire, fils de l'Imam Ali (p).

[3] Ja'far et 'Aqîl sont les frères de l'Imam Ali.